Fessenheim doit fermer, selon Bâle et les écolos

— 

Les opposants à la doyenne du parc nucléaire français ne manquent pas de réactivité. Le tribunal administratif avait rejeté, le 9 mars, la demande d'arrêt immédiat de la centrale de Fessenheim déposée par l'Association trinationale de protection nucléaire. Le collectif, qui regroupe des organisations alsaciennes, françaises et suisses, a indiqué, hier après-midi, avoir « décidé à l'unanimité de faire appel » de la décision. Au même moment, les gouvernements des cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne ont annoncé qu'ils saisiraient, le 1er avril, le conseil régional d'Alsace pour obtenir la fermeture du site. Estimant qu'il représente « une menace sérieuse », les deux collectivités helvétiques souhaitent aussi que le dossier soit saisi par les ministres de l'Environnement des différents Etats européens, lors d'une réunion prévue en fin de semaine. A Strasbourg, une soixantaine de militants écologistes ont manifesté leur opposition à la centrale, hier à 18 h, devant l'hôtel du préfet, place du Petit-Broglie.P. W.