Les associations ont apaisé le réveillon

© 20 minutes

— 

Un travail qui a payé. Hier, les associations présentes dans les quartiers en difficulté de Strasbourg pouvaient se montrer satisfaites. Le bilan des violences de la nuit de la Saint-Sylvestre est resté relativement faible, grâce notamment aux multiples animations organisées dans les différentes cités de l’agglomération. « L’idée était tout simplement de faire du réveillon un moment de fête », explique Laurent Cécile, directeur du centre socioculturel Victor-Schoelcher de Cronenbourg. Dans l’une des salles, une grande soirée familiale avec musique et buffet a rassemblé 150 personnes. A l’Aquarium, l’une des antennes du centre, près de 300 jeunes se sont succédé jusqu’à 2 h du matin pour participer à des tournois sportifs, ou encore assister aux diffusions sur écrans géants de spectacles de Jamel Debbouze et Gad Elmaleh. « On a simplement répondu à une demande et on a sollicité les habitants, qui souhaitaient s’amuser comme tout un chacun », explique Laurent Cécile, qui indique que l’événement était préparé depuis le mois de septembre. Dans le quartier de Hautepierre, resté calme toute la nuit, ce sont les membres de l’AMI (Animation, médiation, insertion) qui ont contribué à établir la tranquillité dans le quartier. La grande soirée jeux vidéo qu’ils avaient montée a ainsi attiré 200 personnes dans le gymnase Brigitte. Par groupe de quatre ou cinq, les bénévoles de l’association ont également « tourné » dans le quartier jusqu’à 3 h du matin afin d’éviter les débordements. « On est allé à la rencontre des jeunes. Le seul fait de les écouter a permis de créer un climat de confiance, et notre message est passé », se félicite Foudil Benamzal, l’un des « adultes-relais » de la structure. Jonathan Barbier

Mulhouse Dans le quartier Drouot, ce sont parfois les jeunes eux-mêmes qui ont assuré l’ordre. « J’en ai vu certains empêcher leurs camarades de participer à la casse », explique Jean-Claude Fonta, sous-préfet de Mulhouse.