Les syndicats à 0% pour les soldes dominicales

© 20 minutes

— 

Une réunion de concertation sur une éventuelle ouverture des commerces en Alsace le dimanche 15 janvier s’est tenue, hier, au siège de la Direction départementale du travail, à Strasbourg. Pierre Bardet, président de l’association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg, y a défendu son point de vue. Pour lui, cette ouverture dominicale, qui coïnciderait avec les soldes d’hiver, répond à une « réelle demande du consommateur qui souhaite aujourd’hui une plus grande amplitude des horaires d’ouverture des magasins. Elle aurait le mérite de capter la clientèle allemande en période de soldes et contribuerait à animer la ville. » Les syndicats, eux, ne l’entendent pas de cette oreille. A l’issue de la réunion, Philippe Tardy, secrétaire général de la Confédération française des travailleurs chrétiens du Bas-Rhin (CFTC 67), s’est déclaré hostile à l’ouverture des magasins de la région le 15 janvier : « Ce projet va à l’encontre du droit local et il ne se justifie pas sur le plan économique. Les six semaines de soldes (qui débutent le 11 janvier) laissent largement le temps au consommateur de vider son porte-monnaie, qui n’est de toute façon pas extensible. » Quant à l’argument de capter la clientèle d’Outre-Rhin grâce à une ouverture supplémentaire le dimanche, Philippe Tardy le rejette : « Nos voisins allemands n’ayant plus de soldes chez eux, ils viendront de toute manière en profiter en Alsace. » Le son de cloche est sensiblement le même chez Force ouvrière (FO). Le secrétaire général départemental du syndicat, Christian Wolff, estime en outre que le travail dominical est « une porte ouverte à toutes les dérives, notamment le chantage à l’emploi ». Ludovic Meignin

décision Les dates des traditionnels soldes d’hiver sont fixées en concertation avec le préfet, les syndicats et les associations représentatives des commerçants. La décision d’ouvrir ou non le 15 janvier devrait être connue d’ici peu.