Les fidèles des puces au Wacken

© 20 minutes

— 

Quelque 160 brocanteurs étaient réunis ce week-end pour les cinquantièmes puces du Wacken. Depuis 1988, ce salon trimestriel attire des exposants de la France entière et de l’étranger. Pour Gaëtan Schoonbroodt, venu de Liège (Belgique), ce sont ses premières puces en Alsace. « Strasbourg a bonne réputation, déclare ce spécialiste d’objets africains, il y a beaucoup de connaisseurs et de collectionneurs ici. » Résultat, la plupart des exposants reviennent d’année en année. C’est le cas d’Agnès Vitte, originaire de l’Ain, qui vient à chaque édition proposer ses broderies. En seize ans, elle s’est constituée une clientèle fidèle. « Le linge ancien est très prisé, assure la brocanteuse. J’ai des clientes qui viennent me voir régulièrement pour compléter leurs collections. » Comme les professionnels, les chineurs du Wacken sont souvent des habitués, 70 % des visiteurs ayant déjà fréquenté les lieux. Parmi eux, Nathalie et Patrice, un jeune couple d’Illkirch, toujours à la recherche d’un coup de coeur. « Il y a de tout ici, affirme Nathalie. On peut repartir bredouille ou avec un fauteuil, comme l’année dernière. » Mais pour cette édition, la fréquentation n’est pas aussi importante que prévue. Les organisateurs tablaient sur au moins 7 000 visiteurs, mais les badauds étaient sensiblement moins nombreux. « Les amateurs restent fidèles au rendez-vous, précise Patrick Bader, spécialiste des meubles régionaux, mais les chineurs occasionnels se font plus rares. » Linda Cortey

diplôme Les organisateurs ont récompensé les onze brocanteurs, dix hommes et une femme, qui ont participé à toutes les éditions. Ils ont reçu un diplôme lors d’une cérémonie organisée samedi soir au Wacken.