Ultimes ventes avant que la prime ne se casse

Philippe Wendling

— 

Lancée en décembre 2008, la prime a concerné quelque 28 000 véhicules dans la région.
Lancée en décembre 2008, la prime a concerné quelque 28 000 véhicules dans la région. — MEIGNEUX / SIPA

Des remises jusqu'à 13 fois le montant du bonus. Initiée pour relancer l'industrie automobile en crise, la prime à la casse gouvernementale vit ses dernières heures. Elle sera reversée aux propriétaires de véhicules de plus de10 ans commandant une voiture neuve d'ici au 31 décembre. À condition que celle-ci soit livrée ou facturée avant le 31 mars. Lancée en décembre 2008, l'aide a déjà « concerné 28 000 véhicules dans la région », annonçait le 19 novembre le préfet Pierre-Etienne Bisch. D'abord de 1 000 puis de 700, elle ne s'élève plus qu'à 500 €. Mais, histoire d'attirer les derniers indécis, les revendeurs multiplient les offres, allant jusqu'à 40 % de réductions.

Une bonne opération
Martin, 69 ans, a troqué, mercredi, sa vieille Polo (195 000 km) contre une 206 +. « Après le contrôle technique, j'allais avoir pour 2 000 € de réparations, précise-t-il. Avec la prime à la casse, le calcul a été vite fait. » Auprès d'un revendeur à Souffelweyersheim, il a bénéficié d'une prime multipliée par cinq et diverses remises. Affichée 13 500 €, sa nouvelle voiture ne lui a coûté finalement que 9 480 €. Ne trouvant plus de pièces pour « son Opel Astra de 1995 », Véronique, 47 ans, d'Illkirch, s'est laissée séduire, fin novembre, par « la prime à la casse et les autres aides. Sans elles, je me serai tournée vers une occase. » Elle a obtenu 6 000 € de rabais sur une Citroën C3 à 18 000 €.
râce à ce type de promos, des garagistes alsaciens racontent avoir vendu 15 voitures par week-end. « Voire plus, confirme Vanessa Abboud, commerciale chez Volkswagen à Hoenheim. Nous avons, notamment, eu deux déferlantes de clients en octobre et novembre. Actuellement, on sent une tension, mais le gros engouement devrait se faire ressentir les derniers jours de la mesure, la semaine prochaine. Les gens vraiment intéressés sont déjà venus espérant avoir du stock. Aujourd'hui, plus que du stock, on gère des délais. » Pour certaines marques, l'attente est de 4 mois.

Craintes et critiques
Bien que favorable à la prime, car elle « a permis une amélioration notable de la qualité du parc automobile », Christian Scholly, le directeur général adjoint de l'Automobile club d'Alsace, n'en est pas moins critique. « En 2009, sur les 2,27 millions de véhicules vendus en France, dont 600 000 avec la prime à la casse, seuls 15 % ont été fabriqués dans le pays. Le bonus a surtout favorisé la vente de petits modèles construits à l'étranger. » Autre regret, mais du côté des concessionnaires cette fois, « l'arrêt de la prime va ralentir les ventes de voitures neuves au profit du marché de l'occasion, déplore l'un d'eux. On redoute le premier trimestre 20011, car les gens qui ont eu envie de changer de véhicules pour du neuf l'ont déjà fait. »
Lire aussi page 14.