Une alternative ou pas au hammam

— 

Le Palais des fêtes, rue Sellénick.
Le Palais des fêtes, rue Sellénick. — G. Varela / 20 Minutes

« Ceux qui se plaignent doivent certainement avoir des idées », ironisait fin novembre, le premier adjoint (PS) Robert Herrmann. L'éventualité, soutenue par la municipalité, d'aménager un hammam pour femmes au cœur du Palais des fêtes continue à soulever la polémique. Devant l'opposition de certains, le maire Roland Ries a accepté la « mise en place d'un groupe de travail pour examiner les projets qui pourraient encore se manifester ». Après une première réunion, il vient d'indiquer que les porteurs d'idées doivent « déposer un dossier d'intention* d'ici au 10 janvier » afin que « le choix final » se fasse dans les trois semaines suivantes. Outre déplorer un délai très court, le conseil de quartier centre-ville constate « avec amertume que l'exercice risque de s'apparenter à un véritable bras de fer. Il faudra du courage aux candidats (s'il y en a) pour affronter à la fois les élus en charge du lieu et des services obéissants. »P. W.