L'Alsace veut valoriser l'emploi au féminin

©2006 20 minutes

— 

Les ateliers de la formation en Alsace 2006 s'ouvrent ce matin à la Maison de région

A l'origine de cette journée, Martine Calderoli-Lotz, vice-présidente UMP du conseil régional d'Alsace et présidente de la commission formation professionnelle continue

« Il ne s'agit pas de faire du militantisme féminin d'un autre âge, mais de réfléchir aux moyens de valoriser le travail des femmes dans un contexte économique difficile », souligne t-elle

Une démarche nécessaire quand on sait que celles-ci sont davantage touchées par le chômage

9,4 % des femmes sont privées d'emploi en Alsace, contre 7,6 % des hommes

« Pourtant, précise Martine Calderoli-Lotz, 15 000 offres d'emploi ne trouvent pas preneur, notamment dans le bâtiment, la restauration ou la sécurité

» La vice-présidente du conseil régional trouve cette situation d'autant plus paradoxale que, selon elle, « les pays à faible taux de chômage, comme la Scandinavie ou le Royaume-Uni, sont également ceux où les femmes sont les plus nombreuses à travailler

Leur pleine participation à la vie économique de la région est donc source de croissance »

L'idée doit encore faire son chemin car, toutes catégories confondues, le salaire moyen des femmes dans notre région est 30 % plus faible que celui des hommes

Seule l'Ile-de-France fait pire que l'Alsace dans ce domaine

Sans porter un quelconque jugement de valeur, ces ateliers de la formation 2006 ont donc notamment pour ambition de sensibiliser les chefs d'entreprises au potentiel féminin, manifestement très insuffisamment cultivé en Alsace

Ludovic Meignin

témoin Jacqueline Hunsinger témoignera aujourd'hui de son expérience à la Maison de région. Après la fermeture de l'usine textile dans laquelle elle travaillait, elle est parvenue à se reconvertir à l'âge de 38 ans.