Entre 6 500 et 15 000 manifestants

Sonia de Araujo

— 

A Strasbourg, la mobilisation était deux fois plus élevée que lors de la dernière manif.
A Strasbourg, la mobilisation était deux fois plus élevée que lors de la dernière manif. — G. Varela / 20 Minutes

« Vuvuzete bien foutu de nous », pouvait-on lire sur les pancartes ou encore « Pour nos retraites, Sarko paie sa bière » sur fond de cercueil. A l'appel d'une intersyndicale, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Strasbourg, hier, pour protester contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. Elles étaient 6 500 selon la police, 15 000 selon les syndicats. Des chiffres deux fois plus élevés que lors de la manifestation du 27 mai.

Débrayage de 9 000 salariés

de la métallurgie
Le cortège imposant s'est élancé à 14 h 30 de la place de Lattre-de-Tassigny avant de rejoindre la place de la République. « Ils ont tous répondu présents. Les salariés de l'éducation, de la santé, mais aussi du commerce, du bâtiment, des transports... Ils sont tous là », se réjouit Evelyne Isinger de la CFTC. « Personne ne veut d'une retraite à 62 ans. 60 % du déficit du régime des retraites est dû à la crise et non à un problème démographique », précise Bernard Marx de la CFDT. Cette journée de mobilisation n'est qu'un début, promettent en chœur les syndicats. « Nous venons de frapper fort avant les vacances. Mais nous n'allons rien lâcher non plus cet été, lance Jacky Wagner de la CGT. Dès le 29 juin, d'autres actions seront menées et nous continuerons à nous réunir chaque mardi, place Broglie, de 17 h à 18 h pour dénoncer cette réforme. » Près de 9 000 salariés de la métallurgie ont débrayé, hier, en Alsace. Dans l'académie, le taux d'enseignants grévistes du premier degré a atteint les 21,6 %. A Strasbourg, 15 écoles maternelles et primaires étaient fermées. Et, les trafics de la CTS et de la SNCF ont été fortement perturbés.