L'épicerie solidaire étudiante cherche un coin pour s'ouvrir

— 

Paul Parage, de l'Afges.
Paul Parage, de l'Afges. — G. Varela / 20 Minutes

Quelque 43 % des étudiants strasbourgeois ne mangeaient pas « parfois » ou « régulièrement » à leur faim en 2008. Et ce, par souci d'argent dans 35 % des cas, révélait une enquête de l'Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg (Afges). Histoire de les aider à mettre du beurre dans les épinards, l'association planche sur la création d'une épicerie solidaire avec la Fage, la fédération nationale estudiantine.

Des paniers garnis envisagés
« La Fage a déjà négocié des partenariats avec plusieurs fondations prêtes à fournir des denrées, explique Paul Parage, le secrétaire général de l'Afges. Le problème est que nous ne trouvons pas de local. » Pas de place dans les bâtiments de l'Université et pas de financement pour louer un espace privé autour du campus. Faute de mieux, du moins provisoirement, « la vente de paniers garnis est envisagée », précise Paul. L'Afges tranchera cet été. Seule certitude, même si elle trouve vite un espace, l'association ne pourra, pour des questions d'organisation, lancer son épicerie solidaire avant début 2011. Ouverte aux étudiants boursiers comme aux autres, elle « proposera des denrées de première nécessité, des produits d'hygiène, d'entretien et des fournitures scolaires ». Leurs prix seront inférieurs de 70 à 90 % à ceux affichés dans les commerces traditionnels.P. W.