Mobilisation en demi-teinte contre le CPE

©2006 20 minutes

— 

La manifestation contre le contrat première embauche (CPE) a réuni 2 300 manifestants, selon les chiffres de la police, hier après-midi dans les rues de Strasbourg

« Une bonne mobilisation, estime Gaspard Glanz, le représentant du Bas-Rhin de l'Union nationale lycéenne (UNL), d'autant plus qu'il y avait des bacs blancs dans trois lycées de la ville

» Autre motif de satisfaction, « il n'y a pas eu d'incidents à l'issue de la manifestation »

Thomas Risser, secrétaire général de l'Unef, principal syndicat étudiant, est pour sa part plus partagé : « C'est encourageant car cela prouve qu'il est possible de mobiliser contre le CPE, mais ce n'est pas suffisant

Nous allons effectuer dans les prochains jours des distributions de tracts dans les trois universités de Strasbourg et intervenir dans les amphis pour sensibiliser les étudiants à la nécessité de passer à l'offensive »

Le son de cloche est pratiquement le même du côté du Mouvement des Jeunes Socialistes

Baptiste Heintz-Macias, animateur fédéral pour le Bas-Rhin, s'estime « plutôt satisfait» mais regrette « que les syndicats étudiants n'aient pas pu ramener plus de monde »

Il compte lui aussi mobiliser dans les prochains jours

Son credo : aller davantage à la rencontre des jeunes des quartiers périphériques

Quant à l'Afges, principale association étudiante de Strasbourg, qui n'appelait pas à manifester, elle estimait hier soir qu'elle « ne peut que constater l'échec de la participation de Strasbourg à ce mouvement national : environ une centaine d'étudiants sur un total appréciable de 2 500 manifestants »

Ludovic Meignin Lire aussi page 8

unité Des syndicats de travailleurs, tels que la CFTC, la CGT, FO et Sud, ont manifesté aux côtés des lycéens et des étudiants hier dans les rues de Strasbourg. Plusieurs syndicats d'enseignants étaient également présents.