Bataille autour de l'avenir de l'Aubette

©2006 20 minutes

— 

Le projet de réaménagement de l'îlot de l'Aubette a de nouveau tourné à la polémique hier après-midi

Ses détracteurs s'opposent au bail emphytéotique d'une durée de 70 ans, accordé à la société Altarea par le conseil municipal en juin 2005

Celle-ci doit réhabiliter puis assurer la gestion de cet espace historique situé dans l'hypercentre

Le projet prévoit l'installation de commerces de luxe, ce que critique l'Association Aubette Demain

Pour sa présidente, Françoise Buffet, « le centre-ville doit être un lieu animé ouvert à tous et non pas réservé à une élite »

Mais surtout Françoise Buffet estime que les conditions auxquelles le bail a été accordé relèvent « d'un véritable cadeau, le loyer étant de 1 250 e par mois contre 40 000 e actuellement »

Aubette Demain a déposé un recours devant le tribunal administratif, demandant l'annulation de la délibération du conseil municipal qui accorde le bail à Altarea (audience le 21 février)

Ludmilla Hug-Kalinkova, de l'Union des démocrates pour Strasbourg, précise de son côté qu'au départ elle n'était pas contre le projet mais que « sa philosophie initiale a été complètement déviée »

Jean-Marie Brom, conseiller municipal Vert, va plus loin

Pour lui, dans cette opération, « la ville se fait tondre financièrement »

L'élu indiquait hier soir qu'il ne comptait pas en rester là

Plus mesuré, Jean-Jacques Gsell, conseiller général socialiste du centre-ville estime que « la ville a agi avec une légèreté blâmable sans la moindre garantie »

Mauvais procès, répond Robert Grossmann (UMP) : « Nous avons demandé des garanties fortes

Il y aura notamment une brasserie de qualité et une librairie », précise le président de la communauté urbaine

Ludovic Meignin

surface Selon l'association Aubette Demain, le projet de réhabilitation couvre 4500 m2, notamment le sous-sol, le rez-de-chaussée et l'entresol de l'Aubette, ainsi que les rues et passages Arp, Tauber-Arp, Horn et Van Doesburg.