Des maires s'en prennent au tandem

©2006 20 minutes

— 

Correspondance amère

Dans deux courriers distincts, adressés le 6 janvier à Robert Grossmann, président UMP de la Communauté urbaine de Strasbourg, et à Fabienne Keller, en sa qualité de présidente déléguée de la CUS, quatorze maires, dont aucun ne fait partie de l'opposition, font part de plusieurs griefs à l'égard du tandem

« Depuis quelque temps, nous nous interrogeons sur le pourquoi du manque de concertation et d'équité », écrivent les auteurs

Les élus enfoncent le clou à coups d'exemples : « L'ordre du jour de la réunion habituelle des vingt-huit maires (

) n'est pratiquement jamais élaboré avec nos communes

» Evoquant les questions de voirie, ils indiquent avoir « de plus en plus de difficultés pour trouver les bons interlocuteurs dans ce domaine »

Contacté, Robert Grossmann estime que « l'incident est clos et repose sur un malentendu

Depuis ces courriers, je me suis entretenu à deux reprises avec les signataires

J'ai rappelé que j'avais été le premier président de la CUS à aller à la rencontre de tous les maires et à organiser une réunion mensuelle

» Pour Robert Grossmann, « l'objectif de fond du courrier était d'évoquer les questions de voirie »

Ce qui fût fait lors des rencontres qui ont suivi

« Sur ce point, la question est réglée », a indiqué Philippe Chartier, signataire et maire sans étiquette de Lipsheim, sans se prononcer sur le sens de la démarche employée par le collectif

Jonathan Barbier

signataires Eschau, Reichstett, Plobsheim, Vendenheim, Oberhausbergen, La Wantzenau, Lipsheim, Mundolsheim, Holtzheim, Wolfisheim, Eckwersheim, Obershaeffolsheim, Mittelhausbergen, Niederhausbergen.