Des abonnements CTS adaptés aux revenus

Philippe Wendling

— 

Le prix des abonnements de la CTS fluctuera de 2,20 à 44 €, à partir du 1er juillet.
Le prix des abonnements de la CTS fluctuera de 2,20 à 44 €, à partir du 1er juillet. — G. Varela / 20 Minutes

« La tarification actuelle est injuste et incohérente, car elle ne reflète pas le niveau de vie des abonnés. Nous proposons donc un principe de tarification équitable prenant en compte les revenus et la taille des familles », martèle Alain Fontanel, le vice-président PS de la CUS en charge des finances. La communauté urbaine doit délibérer, aujourd'hui, sur les prix des abonnements qu'appliquera la CTS à partir du 1er juillet.

Moins de gratuité au bout de la ligne
Les tarifs seront calculés sur une base de 44 € pour un adulte, et de 22 € pour un jeune de moins de 26 ans ou un senior de plus de 65 ans. Ils seront ensuite ajustés en fonction des ressources et de la composition du foyer de l'usager, selon le quotient utilisé par la Caisse d'allocations familiales. Ainsi, par exemple, une mère célibataire avec deux enfants, gagnant 1 400 € par mois, paiera mensuellement à la CTS 11 €, contre 41 € actuellement. Les abonnements mensuels varieront désormais entre 2,2 € et 44 €. « Les principaux bénéficiaires du dispositif seront les 40 000 travailleurs pauvres, les familles monoparentales et les 15 000 étudiants boursiers » recensés dans la CUS et qui payaient jusque-là le prix fort, explique Alain Fontanel. Les grands perdants de l'opération seront les élus, les bénéficiaires du RSA, les seniors non imposables et certaines personnes handicapées. Et pour cause, ils perdront la gratuité de l'accès au bus et au tram. Celle-ci sera désormais réservée aux enfants de moins de 4 ans ainsi qu'aux accompagnants des personnes en situation de handicap. « Même quand on a peu, rien n'est gratuit, estime Jacques Bigot, le président (PS) de la CUS. Tout le monde doit contribuer à l'effort public. »