La justice liquide Hymer France

S. de A.

— 

Les ouvriers avaient accroché des cercueils devant l'usine, en novembre.
Les ouvriers avaient accroché des cercueils devant l'usine, en novembre. — P. Sautier / Sipa

Les 190 salariés d'Hymer France se retrouvent sans emploi. La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Mulhouse a confirmé, hier matin, la liquidation de la société de fabrication de véhicules de loisirs à Cernay. L'usine avait déposé le bilan en novembre dernier.
« On est assommés. On espérait un miracle de dernière minute. C'est un grand gâchis », déplore Antoine Dugo, délégué CFDT. Pour le syndicaliste, « la crise a bon dos. Tout a été programmé. » La maison mère allemande avait prétexté des pertes trop importantes et une diminution de moitié des commandes.
Trois cadres souhaitent toujours reprendre partiellement l'entreprise et sous-traiter avec Hymer. « Mais ils n'ont eu jusque-là aucune réponse de la maison-mère. Elle n'a jamais eu l'intention de travailler avec eux », s'indigne Antoine Dugo. Les salariés toucheront 20 000 € chacun, la prime extralégale qu'ils avaient négocié pendant plusieurs mois avec la direction.