Les lycéens ont manifesté leur inquiétude

Sonia de Araujo

— 

Entre 410 et 600 lycéens ont battu le pavé, hier, à Strasbourg.
Entre 410 et 600 lycéens ont battu le pavé, hier, à Strasbourg. — G. varela / 20 Minutes

Forts de leur mobilisation lors des rassemblements des 12 et 23 mars, les lycéens ont décidé de remettre le couvert hier après-midi. Ils étaient 410 selon la police, entre 500 et 600 selon les syndicats, à manifester. Dans leur ligne de mire, les suppressions de postes d'enseignant, la réforme des lycées ainsi que celle de la formation des professeurs. Réunis place Kléber, à l'appel du syndicat général des lycéens (SGL), ils se sont dirigés vers le campus de l'Esplanade. Le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) ainsi que la CGT, le SNES-FSU et Solidaires se sont ralliés à ce mouvement.

32 suppressions de poste en lycées
« Le gouvernement veut mettre en place un accompagnement personnalisé. Le principe est intéressant mais avec des classes de 20, voire 30 élèves, il sera totalement inefficace, dénonce Aurélien Bonnarel, le représentant départemental du SGL. Dans chaque filière, une partie du programme est supprimée. En première S, par exemple, les élèves ne pourront plus se spécialiser. » Même inquiétude pour Caroline Goerlich, lycéenne en terminale ES au lycée Stanislas de Wissembourg : « En sciences éco, nous n'aurons plus de sociologie. C'est la moitié du programme qu'on enterre ! » A cela s'ajoutent des enseignants « moins bien formés ». « Ils auront une formation plus théorique mais une moins bonne connaissance du terrain. Alors même que les classes seront plus chargées », regrette Lea Prats-Noiriel, du MJS. La dizaine de professeurs présents dans le cortège ont tous en tête les suppressions de postes annoncées la veille dans la région : 32 dans les lycées généraux, 13 dans les lycées professionnels et 50 dans les collèges.