les vents violents emportent le carnaval

Sonia de Araujo

— 

Robert Herrmann, premier adjoint, a annoncé samedi la triste nouvelle aux bénévoles.
Robert Herrmann, premier adjoint, a annoncé samedi la triste nouvelle aux bénévoles. — G. varela / 20 Minutes

« Nous n'avions pas vraiment le choix. Les risques encourus étaient trop importants : nous attendions entre 30 000 et 40 000 personnes », explique Mathieu Cahn, adjoint PS à l'animation. En raison des fortes rafales de vent annoncées par Météo France, la municipalité s'est résolue à annuler le carnaval de Strasbourg qui aurait dû avoir lieu hier. Une décision prise également par les villes de Colmar et de Riespach.

Reporté à la fin du mois
« Nous devions protéger le public des éventuelles chutes d'arbres et de tuiles. Des morceaux de chars auraient pu aussi blesser du monde », précise Mathieu Cahn. Les bénévoles, réunis samedi au fort Kléber à Wolfisheim, ont pris la nouvelle avec fatalisme. « C'est une décision sage que nous ne pouvons pas contester », ajoute Alfred Helms, le président de l'association organisatrice Strass'Carnaval, néanmoins très déçu de ne pouvoir montrer aux Strasbourgeois les douze chars confectionnés depuis le mois de septembre par plus de cent bénévoles.
« Pour rendre hommage à leur travail, nous allons créer une autre manifestation », rétorque toutefois Mathieu Cahn. Une manifestation qui serait prévue pour la fin du mois. Cette nouvelle rassure André Kempf, bénévole de l'association depuis dix ans. « Même si je suis très triste de ne pas voir s'élancer ce dimanche les chars, la douleur est moins grande qu'il y a trois ans, ajoute-t-il. Cette fois-ci, au moins, nous avons été prévenus 24 heures à l'avance de l'annulation. » En 2007, confrontée à une situation identique, Fabienne Keller, alors maire UMP de Strasbourg, avait décidé de stopper les festivités, un peu plus d'une heure avant leur coup d'envoi.