Les dessous de la polémique

— 

Le premier adjoint au maire (PS), Robert Herrmann, avait fustigé la semaine dernière la présence de « strings dessous-de-plat » sur les étals du dernier marché de Noël. Problème, il ne s'agissait pas « d'objets à connotation vulgaire fabriqués dans le Sud asiatique » mais d'oeuvres d'art design, lui a répondu hier dans un courrier leur créateur, Philippe Bruneteau. Le sculpteur aime jouer avec les mots, explique-t-il. C'est donc naturellement qu'il a conçu ses oeuvres autour de la notion de dessous, à la demande de Libre objet, une structure de réinsertion sociale par le travail. W

P. W.