La CTS accusée de discrimination

— 

Du nouveau dans une affaire vieille de quatre ans. En juillet 2005, une cadre de la CTS aurait déclaré à un de ses employés, Jamel Rouchdi : « Vous n'êtes pas chez vous ici. » Un an plus tard, le salarié est licencié. Il dit avoir été victime de « harcèlement » pendant plusieurs mois. A présent, la compagnie de transport est poursuivie pour licenciement discriminatoire. Devant les prud'hommes, chaque partie s'est renvoyée la balle, hier. L'avocat de la CTS, Bernard Alexandre, a insisté sur les « fautes répétées » commises par son ancien employé et sur les nombreuses mises en gardes et sanctions disciplinaires qui ont conduit à son renvoi. Tandis que l'avocate de Jamel Rouchdi, Barbara Wurtz, a rappelé les différents incidents à caractère raciste qui se sont déroulés au sein de la société. Aujourd'hui, l'ancien employé, qui demande sa réintégration dans l'entreprise et un an de salaire en compensation, devra attendre le jugement qui sera rendu le 1er mars prochain. W