« certains abusent du choix qui leur est laissé »

— 

« C'est encore la cacophonie », regrette Patrice Diochet, le président de l'Union régionale CFTC-Alsace. Malgré les efforts de concertation menés par les Vitrines de Strasbourg, quelques boutiques ont préféré effectuer leur journée de solidarité, le 8 Mai, le lundi de Pentecôte ou encore le 14 Juillet et le 15 Août, plutôt que le 11 Novembre. « Certains employeurs abusent du choix qui leur est laissé et vont jusqu'à s'offrir plusieurs journées de solidarité dans l'année, explique le syndicaliste. C'était le cas notamment d'une boutique de prêt-à-porter, située rue de la Mésange à Strasbourg, qui a ouvert ses portes trois jours fériés l'an dernier. » Selon la CFTC, « il faut absolument que les employeurs se mettent d'accord sur une date car il nous est très difficile de pister chaque magasin ». W