La terre Alsacienne prise de tremblements

Ludovic Meignin

— 

Les spécialistes en sont convaincus. Un jour, il y aura un séisme majeur en Alsace. Si on ne peut pas dire quand cet événement surviendra, il devrait être comparable en terme d'intensité (échelle établie en fonction de l'importance des dégâts constatés) au séisme de Bâle (Suisse). Ce dernier avait causé de nombreuses destructions à travers la ville le 18 octobre 1356. Considéré comme le tremblement de terre le plus puissant jamais constaté dans la région (voir infographie), il est présenté dans l'atlas que vient de publier le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) à l'occasion de son 50e anniversaire.

Ce recueil réunit de nombreuses cartes sur le thème des géosciences. Il a été élaboré grâce aux données recueillies par les experts du BRGM, auprès desquelles il est disponible*. Il en ressort que les tremblements de terre sont fréquents dans la région. « On ressent localement de tels phénomènes une à deux fois par an. Le fossé rhénan subit le contrecoup de la poussée alpine, elle-même due à la rencontre des plaques eurasienne et africaine », explique Pascal Dominique, chef de l'unité risque sismique au BRGM. Les mouvements tectoniques affectant l'Alsace sont essentiellement localisés dans le Sundgau, au sud du Haut-Rhin. Une myriade de séismes, occasionnant parfois des dégâts, a été recensée dans un triangle formé par Mulhouse, Altkirch et Bâle. Un risque pris en compte par les pouvoirs publics puisque bâtir aux normes parasismiques est devenu obligatoire en 1993. Quant aux constructions traditionnelles alsaciennes, elles présenteraient une bonne résistance en cas de secousse. « La maison à colombages s'accommode assez bien des mouvements sismiques », assure Pascal Dominique. W

*Contact : 03 88 77 48 90.