Voyager en bus ne doit plus être un handicap

Philippe Wendling

— 

Comme Yvette, les personnesà mobilité réduite rencontrent des difficultés dans les bus.
Comme Yvette, les personnesà mobilité réduite rencontrent des difficultés dans les bus. — G. VARELA / 20 MINUTES

Un conducteur de la CTS avait refusé l'accès à un bus de la ligne 15 à un usager en fauteuil roulant, le 27 octobre dernier. La raison : une autre personne en chaise roulante était déjà à bord du véhicule. Rappelée dans une note interne aux salariés de la compagnie quatre jours avant « l'incident », la loi n'impose aux transporteurs d'accueillir qu'une personne en fauteuil par bus. Le texte vise à sécuriser leur transport en leur réservant un emplacement dos à la route équipé de cales. « Tout manquement à cette réglementation, précise la CTS, engage la responsabilité, éventuellement pénale en cas d'accident, de l'entreprise et du conducteur. »

Certes, estime Rolf Ensminger, « mais on peut toujours aller au-delà de la loi ». Lors d'une réunion de travail avec la CTS demain matin, le représentant de l'Association des paralysés de France va demander à la direction « de n'acquérir désormais que des véhicules disposant de deux emplacements réservés aux personnes handicapées ». Un dispositif déjà proposé, par exemple, dans tous les bus à Grenoble « depuis 1998 », précise une porte-parole de la compagnie Semitag. « C'est une piste parmi d'autres que nous allons étudier », explique Jean Terrier, directeur commercial et marketing de la CTS, qui avoue néanmoins de pas « avoir de solutions pour le moment ». Pour l'heure donc, la compagnie va « identifier clairement les demandes » de transport de personnes en fauteuil roulant afin d'y répondre au plus tard en 2015. A cette date, conformément à la loi Handicap de 2005, l'entreprise devrait avoir revu entièrement l'accessibilité de son réseau. Regrettant « l'incident » du 27 octobre, Jean Terrier estime que ce genre de problème « n'est pas très fréquent ». A en croire Yvette, qui empreinte régulièrement la ligne 6, les personnes en fauteuil roulant comme elle rencontrent souvent des difficultés. Si la grande majorité des bus urbains disposent « d'une palette rétractable » permettant l'accès au bus aux personnes à mobilité réduite, l'équipement « souvent ne fonctionne pas, explique-t-elle. Quand ce ne sont pas les chauffeurs qui ont du mal à l'utiliser. » Hier encore vers midi, en raison d'un pépin technique, elle n'a pas pu prendre le bus qu'elle voulait et a dû attendre la navette suivante. W