Le parc de l'Orangerie réfléchit sa lumière

Philippe Wendling

— 

Une charmille aux reflets rosés, un lac plongé dans une atmosphère bleutée. Jusqu'à dimanche soir, dix secteurs du parc de l'Orangerie sont mis en lumières dans le cadre d'une concertation publique sur l'éclairage du site. « Il ne s'agira pas de le réaliser comme il est actuellement présenté, mais de montrer ce qu'il est possible de faire, prévient l'adjoint au maire [PS], Olivier Bitz. Comme il ne s'agit que d'un test, le curseur des couleurs a été poussé très loin. Je ne pense pas que nous installerions de tels éclairages de façon pérenne. » Et ce, notamment, car des effets utilisés autour du bassin ne semblent pas du goût des cygnes. Ou bien que des lumières blanches disséminées près du zoo auraient tendance à stimuler un peu trop la reproduction de certains animaux.

« L'éclairage du parc est tombé en désuétude et pose des problèmes de gâchis en terme de consommation d'énergie et de pollution lumineuse », précise Olivier Bitz. En vue de son renouvellement, dont la date n'a pas encore été fixée, ses usagers sont appelés à choisir entre deux scénarii. Le premier permet « une révélation du végétal à travers la lumière blanche et accompagne les saisons », explique Jean-Yves Soetinck, son concepteur et gérant de la société Acte Lumière. Le second, « plus contemporain », recourt à une « ambiance colorée pouvant créer un contraste et permettant des niveaux d'éclairage plus faibles ». Dans les deux cas, les installations visent à valoriser la végétation et l'architecture du parc tout en assurant la sécurité de ses usagers. « Est-il besoin d'éclairer le parc 24 h/24 ? Je n'en suis pas sûr, au contraire même », estime Olivier Bitz, qui voit là un moyen d'empêcher des rassemblements nocturnes. Certains soirs, l'été, jusqu'à « 300 ou 400 personnes traînent dans le parc », témoignent des riverains. « La question de l'éclairage est aussi liée au plan de gestion du site sur lequel nous travaillons, poursuit l'élu. Ce dernier doit, notamment, permettre de valoriser son patrimoine et d'organiser les activités qui s'y déroulent », comme la vente de nourritures et la tenue de spectacles. Les premières orientations du plan devraient être finalisées avant la fin de l'année. Parallèlement, des études vont être lancées en vue de la « transformation » du zoo, qui n'a pas été rénové depuis une vingtaine d'années. W