L'innovation Dans les starting-blocks

Ludovic Meignin

— 

Recherche moléculaire au pôle innovations thérapeutiques Alsace Biovalley, à IllKirch.
Recherche moléculaire au pôle innovations thérapeutiques Alsace Biovalley, à IllKirch. — G. VARELA / 20 MINUTES

Biovalley est considéré comme un des fleurons de l'innovation. Depuis sa création il y a quatre ans, à Illkirch, ce pôle de compétitivité mondial dédié aux innovations thérapeutiques a permis le développement d'une quarantaine de projets, pour un investissement total de 100 millions d'euros. Ces travaux ont débouché sur le dépôt de onze brevets et généré 1 600 emplois directs et indirects. Des chiffres mis en avant par le diagnostic de l'innovation en Alsace, dont les résultats ont été présentés hier soir par le président (UMP) du conseil régional, André Reichardt. Cette démarche s'inscrit dans une volonté d'améliorer la compétitivité du tissu économique de proximité.

L'Alsace bénéficie en outre d'une croissance démographique soutenue : + 7 % entre 1996 et 2005. « C'est un atout, car les jeunes générations constituent un vivier de futures compétences. Ils pourront se former dans les universités locales reconnues pour la qualité de leurs enseignements », souligne Guy-René Perrin, directeur de l'innovation, au sein de la collectivité. L'Alsace dispose par ailleurs d'une industrie diversifiée. Néanmoins, « le poids de la recherche et développement privé ne représente que 0,84 % de son produit intérieur brut, contre une moyenne nationale de 1,33 % ». A cette faiblesse , s'ajoute un niveau de formation continue pas assez développé. Ainsi, sur cent actifs, dix seulement profitent du dispositif en Alsace. C'est deux fois moins que dans les régions européennes les plus performantes. A l'aune de ce rapport, la nouvelle stratégie régionale de l'innovation sera présentée début 2010. La région a consacré cette année 30 millions d'euros à l'innovation, la recherche et l'enseignement supérieur. Un budget en hausse d'environ 40 % sur les quatre dernières années. W