Bigot prône l'union anti-UMP

— 

Il s'affiche « en rassembleur ». Jacques Bigot vient d'être officiellement investi pour représenter les socialistes lors des élections régionales de mars prochain. Si le nom de ses colistiers membres du parti de la rose seront connus le 3 décembre, l'actuel président de la CUS et maire d'Illkirch compte ratisser plus large. « Je veux des échanges avec les Verts, avec des maires non encartés et des représentants de la société civile, explique-t-il. Si nous voulons proposer une alternative à l'UMP, c'est la seule façon. » Problème, forts de leur résultat aux Européennes de juin, les écologistes ont déjà annoncé leur volonté de faire cavalier seul au premier tour. Tout en « comprenant leur démarche dans un absolu démocratique », le message que leur lance Jacques Bigot est clair : « Voulez-vous gouverner ou toujours rester dans l'opposition ? C'est seulement si nous nous rassemblons, qu'il sera possible de sortir en tête au premier tour ou au coude-à-coude avec l'UMP », estime l'élu. « Déterminé », il envisage même déjà une fusion avec le MoDem dans l'entre deux tours. W

P. W.