Pour que tous les marmots aient droit de cité

Sonia de Araujo

— 

Le Festival enfant-phare proposera des expositions, des spectacles et des lectures.
Le Festival enfant-phare proposera des expositions, des spectacles et des lectures. — G. VARELA / 20 MINUTES

Un festival où les enfants sont rois. Dès demain et jusqu'au 21 octobre, les expositions, spectacles, ateliers, films et débats programmés dans le cadre du Festival enfant-phare, seront entièrement dédiés à nos chérubins. Pour sa huitième édition, ce festival a choisi d'aborder, dans Strasbourg et dans une vingtaine d'autres cités alsaciennes, le rapport de l'enfant à la ville. « Nous souhaitons démontrer que l'espace urbain, souvent jugé hostile et inhospitalier pour les jeunes, peut devenir un territoire créatif, chargé de poésie », explique Edith Romieux, coorganisatrice, avec Valérie Borg, de l'événement.

« Pendant ces vingt jours, les enfants seront non seulement spectateurs, mais aussi acteurs du festival. A travers plusieurs propositions artistiques, nous les invitons à s'approprier la ville, à y laisser leur empreinte et à engager une réflexion avec les artistes. Pour la prolonger, une fois rentrés chez eux, avec leurs parents », ajoute-t-elle. Plusieurs ateliers ont par ailleurs été menés en amont de la manifestation dans quatre écoles alsaciennes. A Strasbourg, une quinzaine d'élèves de CM2 du Port-du-Rhin ont travaillé cette semaine avec le musicien Philippe Aubry et le plasticien François Klein afin de réaliser « Voyage en Ilofonie », une performance artistique qui lancera le festival. L'embarquement des passagers est prévu demain à 17 h 30 parc de l'Etoile. Les enfants feront visiter, en fanfare, leur utopie architecturale et sonore : cinq cabanes qu'ils ont eux-mêmes construites dans la cour de l'école et qu'ils ont habillées avec des sons imaginés, d'autres réels, puisés dans les couloirs de l'établissement et dans leur quartier. Le comédien Xavier Boulanger prendra le relais, samedi, pour une déambulation peuplée d'histoires étranges et loufoques. Un spectacle qu'il a réalisé avec les médiathèques de la ville de Strasbourg, un des nombreux partenaires du festival. « Ils sont plus d'une trentaine à nous accompagner dans cette aventure. Le festival n'existerait pas sans eux », précise Edith Romieux. On doit notamment au Préo d'Oberhaubergen, le spectacle de danse de la compagnie Pernette, « La Maison », nommé aux Molières 2009. Chaque année, le Festival enfant-phare augmente son nombre de spectateurs. L'an dernier, 13 500 enfants et parents ont participé à la manifestation. Ils n'étaient que 1 600 en 2002. W