Strasbourg cherche des idées pour ensoleiller ses étés

— 

La saison touristique estivale se couche sur des résultats « relativement satisfaisants ». Les hôteliers strasbourgeois auraient bénéficié d'un taux de remplissage comparable à celui de 2008 et les musées - avec 120 000 visiteurs - ont vu leur fréquentation croître de 5 % sur un an. De leur côté, les navettes fluviales Batorama ont transporté 221 550 clients en juillet-août. Un record depuis leur création en 1948. « Nous nous en tirons mieux que dans le reste de la France, car le déficit de touristes étrangers a été moins important du fait de la proximité des frontières », estime Jean-Jacques Gsell, président de l'office de tourisme de Strasbourg.

Sans plages, la ville se doit d'avoir des idées pour renforcer son attractivité en été. « Nous réfléchissons à la création d'un grand événement, qui pourrait prendre la forme d'un spectacle payant », a expliqué hier Jean-Jacques Gsell. Loin d'être « un Puy du Fou bis », la manif pourrait porter sur le patrimoine fluvial de Strasbourg et s'installer dans le bassin situé entre les institutions européennes. Autre piste évoquée, le lancement d'un guide du shopping. « Les touristes venus de loin dépensent beaucoup d'argent si on leur en donne l'occasion », estime Jean-Jacques Gsell. Les restaurateurs seront aussi encouragés à traduire leurs cartes dans de nouvelles langues, comme l'espagnol, le russe et le japonais. W

P. W.