Adrien Zeller, président de la Région Alsace, est mort

DECES Il avait 69 ans...

A Strasbourg, Philippe Wendling

— 

Adrien Zeller pose pour les photographes en mars 2004
Adrien Zeller pose pour les photographes en mars 2004 — STR New / Reuters

Hospitalisé depuis le 14 juillet à la suite d’un malaise cardiaque, Adrien Zeller, président UMP du conseil régional d’Alsace est décédé ce samedi à l’âge de 69 ans.


Dans un communiqué, une porte-parole de la Région a indiqué que si «la récupération après son infarctus se déroulait dans les meilleures conditions, il a présenté un nouvel accident cardiaque dont il est décédé brutalement ce samedi après-midi, en dépit des traitements immédiatement mis en route». Son décès «est tout à fait inattendu et contraire à l'évolution de son état»,  précise Bernard Stoessel, premier vice-président (UMP) de la région.


Un Européen convaincu et militant de la décentralisation

Les Alsaciens «perdent un grand élu qui a consacré toute sa vie au développement d'une région qu'il servait avec un dévouement et une passion exemplaires», a déploré ce soir  Nicolas Sarkozy. Présentant Adrien Zeller comme un «serviteur inlassable et rigoureux de la chose publique» , «lun homme de conviction" et «ld'action résolument tourné vers l'avenir», le président de la République a également souligné son engagement «sans relâche en faveur de la décentralisation régionale dont il a été l'un des principaux précurseurs et inspirateurs».
 

«Acteur majeur de la décentralisation, théoricien et praticien audacieux de la répartition des compétences entre l'Etat et les collectivités locales (…) au moment où va s'engager le débat national sur l'organisation territoriale de notre pays, la voix d'Adrien Zeller nous manquera», a salué le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux..


«Avec la disparition d’Adrien Zeller, l’Alsace perd l’un de ses plus vaillants défenseurs, un humaniste engagé et un homme intègre, dont l’engagement sans faille et l’esprit d’entreprise ont été mis au service de l’action publique tout au long de sa carrière», a quant à lui estimé Roland Ries, maire socialiste de Strasbourg. Mettant en avant ses capacités «de dialogue et d’ouverture, son esprit vif et créatif», il a rendu hommage à un « interlocuteur de grande qualité avec lequel les relations ont toujours été empreintes d’un profond respect et d’une grande humanité».


36 années de politique

Economiste et ingénieur agronome de formation, Adrien Zeller avait débuté sa carrière comme administrateur principal de la Communauté économique européenne à Bruxelles de 1967 à 1973 avant de se lancer dans la politique. Fervent défenseur de l’Europe et militant acharné de la décentralisation, il assura, entre autres, les fonctions d’eurodéputé, de député et de maire de Saverne, une commune située à une quarantaine de kilomètres de Strasbourg.  Auteur, notamment, d’une proposition de loi pour l'instauration d'un "revenu minimum d'existence" en 1985, il fut également secrétaire d’Etat chargé de la sécurité sociale entre 1986 et 1988.
 

Centriste de cœur, Adrien Zeller avait remporté les élections régionales alsaciennes pour la première fois en 1996 sous l’étiquette UDF. Rallié en 2002 à l’UMP, il avait conservé son siège lors du scrutin de 2004, avec 43,56 % des suffrages au second tour. Il était depuis le seul président de droite à dirigé une région métropolitaine, exception faite de la Corse.