Les syndicats se placent en défenseurs du droit local

— 

Les syndicalistes Jacky Wagner (CGT)et Bernard Marx (CFDT), hier.
Les syndicalistes Jacky Wagner (CGT)et Bernard Marx (CFDT), hier. — G. VARELA / 20 MINUTES

Ils craignent une remise en cause totale du jour de repos hebdomadaire. Alors que l'examen du projet de loi sur l'ouverture des commerces tous les dimanches dans les zones touristiques débute à l'Assemblée nationale, les syndicats de la région sont montés au créneau hier. Le dossier est très sensible en Alsace-Moselle où le droit local interdit, à de rares exceptions près, d'ouvrir les commerces le dimanche. Les représentants des salariés sont d'autant plus vigilants que des propositions de toilettage des textes viennent d'être communiquées aux parlementaires, via un groupe de travail composé notamment de juristes de l'Institut du droit local (IDL).

S'ils ne sont pas opposés au principe de revoir certaines dispositions devenues obsolètes, les syndicats dénoncent la méthode : « Nous voulons être parties prenantes et pas simplement consultés. Il est aberrant de ne pas associer à la réflexion les représentants des salariés qui sont les premiers concernés », fustige Bernard Marx, secrétaire général de la CFDT Alsace. Du côté de l'IDL, on assure ne pas vouloir la généralisation du travail le dimanche, qui fonctionne sur dérogation. De ce fait, le salarié ne peut refuser de travailler ce jour-là et ne dispose d'un repos et d'une rémunération complémentaires que si sa convention collective le prévoit. L'IDL précise avoir préconisé une généralisation de ces compensations dans le droit local. W

L. M.