Des pistes pour faire redécoller Entzheim

Philippe Wendling

— 

La fréquentation de l'aéroport d'Entzheim chute d'année en année.
La fréquentation de l'aéroport d'Entzheim chute d'année en année. — G . VARELA / 20 MINUTES

La chambre de commerce et d'industrie de Strasbourg a publié ce week-end un livre blanc « pour défendre auprès des pouvoirs publics la cause de l'aéroport », dont elle assure la gestion. La fréquentation a chuté de 2 millions de passagers en 2006 à 1,330 million en 2008, et est estimée à 1,163 million cette année.

Pour « exiger la mise en place d'une stratégie spécifique de l'Etat », la chambre évoque « un contexte aéroportuaire exceptionnel ». L'« intermittence » des sessions du Parlement européen à Strasbourg obligerait, par exemple, à maintenir des lignes non rentables et « inadaptées ». La CCI déplore aussi des distorsions de concurrence avec les dix plates-formes allemandes et suisses situées dans un périmètre de 230 km. Ainsi, en raison de contributions qui « n'existent qu'en France », les taxes « représentent 27 euros par passager à Strasbourg, contre « 12 euros voire 8 euros » en Allemagne.

Pour réduire les écarts, la chambre appelle l'Etat à baisser les redevances sûreté-sécurité, estimées à 5 millions d'euros pour Entzheim, ce qui attirerait des compagnies à bas prix. Selon elle, seules « trois à cinq liaisons low cost permettraient d'atteindre le point d'équilibre » de l'aéroport, fixé à un million de passagers. Malgré la pénurie de terrains autour du site, la CCI estime que la présence de zones d'activité dégagerait des recettes « permettant de diminuer les redevances des passagers » tout en développant l'activité aérienne. Son gestionnaire évoque aussi l'ouverture de destinations « offrant un réel potentiel », comme Montpellier et Francfort, ainsi qu'une extension des vols charters et de l'aviation d'affaires. W