Ils ont joué la carte de La Baisse des prix

Ludovic Meignin

— 

La baisse de la TVA de 19,6 à 5,5% dans la restauration a eu lieu en 2009.
La baisse de la TVA de 19,6 à 5,5% dans la restauration a eu lieu en 2009. — G. VARELA / 20 MINUTES

la quasi-totalité des restaurateurs rencontrés hier dans le centre-ville ont répercuté la baisse de la TVA de 19,6 à 5,5 % sur la restauration, entrée en vigueur mercredi. L'enquête réalisée en juin par le Groupement des hôteliers-restaurateurs du Bas-Rhin le laissait présager. Selon cette étude, 95 % des établissements avaient décidé d'en faire profiter leurs clients. A l'image du restaurant-brasserie Le Roi et son fou. La baisse de la TVA a permis « de diminuer les tarifs de 10 à 15 % sur les cinq à huit suggestions du jour proposées », affirme Franck Mothes, un des deux associés dans l'affaire. Il ajoute « réfléchir aussi à une hausse de la rémunération du personnel ».

Place des Tripiers, La Piazza a décidé pour sa part de faire passer le café de 2 à 1 euros. Elle a aussi réduit ses tarifs sur quelques plats, ainsi qu'un menu avec entrée, plat et dessert (16,50 contre 18,50 euros auparavant). « Nous avons aussi fait un geste de valorisation salariale et embauché un saisonnier supplémentaire », précise Dario, un des responsables. Au restaurant vietnamien Thuy Tien, rue des Tonneliers, le choix était de réduire une bonne part des prix à la carte, ainsi que tous les menus d'un euro en moyenne, excepté le moins cher. Les boissons non alcoolisées ont elles aussi baissé de 20 à 30 centimes en moyenne. « J'ai remarqué que les clients prennent plus souvent une bouteille d'eau minérale, là où ils se contentaient d'une carafe. Mais il faut encore attendre un peu pour dresser un véritable bilan », estime la gérante Thu-Thuy. Une approche partagée par la plupart des professionnels, même si du côté de la chaîne de restauration rapide la Pomme de pain, rue des Grandes arcades, on constate que « les gens achètent davantage de menus depuis la baisse de la TVA ».

Les consommateurs sont plutôt satisfaits. « Il y a des prix qui redeviennent raisonnables, comme sur le café. Tant mieux, notre pouvoir d'achat avait diminué avec l'euro », se réjouit Jahid. Il regrette néanmoins que « les prix n'aient pas baissé partout ». Il est loin d'être le seul à apporter un tel bémol. « Même si l'on a économisé 10 % sur notre addition, on aurait quand même apprécié que la baisse des prix ne soit pas limitée seulement à quelques plats ou menus », témoigne un couple d'Alsaciens. W