L'Espérance d'un nouveau départ pour Heineken

— 

La brasserie Fischerà Schiltigheim.
La brasserie Fischerà Schiltigheim. — G . VARELA / 20 MINUTES

Le marché de la bière ne mousse plus. La direction de Heineken a qualifié hier le contexte économique de « préoccupant » après une année 2008 « très mauvaise » marquée par une baisse sensible des volumes de production. D'où « une réorganisation industrielle » se traduisant à Schiltigheim par la fermeture de Fischer. La production y cessera fin septembre pour transférer ses machines sur le site de l'Espérance, distant de quelques centaines de mètres. Jean-Willem Kroonen, directeur brasserie pôle Alsace Heineken, a précisé que le nombre réel de suppressions de postes entraînées par cette fermeture sera au final de 114 (contre 126 initialement) en ajoutant que « le taux de reclassement interne atteint 70 % ». La direction a aussi mis en avant « une modernisation » avec un investissement de 30 millions d'euros sur trois ans à l'Epérance. « Elle sera ainsi très performante. Notre intention est de rester sur ce site qui est stratégique du fait de la proximité de l'Allemagne. » Des arguments qui ne convainquent pas le délégué syndical CFDT de Fischer, Scichilone Calogero. « La direction tenait le même discours à propos de la brasserie Fischer avant d'annoncer sa fermeture. Quant à la modernisation, elle consiste à déplacer le matériel vers l'Espérance. » Enfin, pour les reclassements, Scichilone Calogero se dit « inquiet pour les 35 personnes n'ayant pas encore de solution vu la conjoncture actuelle ». W

L. M.