Faire du parc de l'étoile une place centrale

Philippe Wendling

— 

L'aménagement du parc de l'Etoile prévoit une réorganisation des axes routiers.
L'aménagement du parc de l'Etoile prévoit une réorganisation des axes routiers. — G. VARELA / 20 MINUTES

La municipalité veut faire briller le secteur de l'Etoile. Demain, elle lancera une concertation autour de son réaménagement (lire encadré). « Le dernier plan d'aménagement de zone date de 1999, explique Alain Jund, adjoint au maire (Verts) en charge de l'urbanisme. En dix ans, sa place dans la ville et sa fonction ont évolué avec notamment la construction de la Cité de la musique, de la médiathèque Malraux et du centre commercial Rivetoile. Notre ambition est de déterminer ce qu'elle sera dans vingt ans, étant entendu que le centre de la ville s'étend. » Et si la concertation n'est pas encore officiellement lancée, les élus ont déjà des projets bien tranchés.

« Le parc doit devenir un lieu où l'on s'arrête, précise Philippe Bies, adjoint PS du quartier de Neudorf. Mais aussi d'assurer une transition entre le centre-ville et Neudorf, ainsi qu'entre Strasbourg et Kehl. » Et ce, tout « en renforçant le caractère urbain de l'entrée de ville » et en améliorant la circulation, surtout des piétons et des cyclistes. Autant d'objectifs que les élus entendent atteindre, notamment, en regroupant en un seul tenant les deux parties du parc de l'Etoile. « Pour cela, il faut supprimer le barreau (routier) central », estime Philippe Bies, selon lequel l'artère est aujourd'hui peu fréquentée. Pour gagner l'autoroute, les automobilistes venant de la route du Rhin pourront dès lors circuler en double sens sur la partie sud de la route de Vienne. Cette dernière sera également redressée dans l'axe de la route du Polygone, ce qui libérera un espace suffisant pour accueillir un immeuble de bureaux. La réalisation « d'un front bâti » de logements est par ailleurs envisagée en prolongement de l'avenue Jean-Jaurès, ainsi que la création de petits habitats dans les rues de Nomény et du Grand-Couronné. « Les questions de circulation restent les plus ouvertes », conclut Philippe Bies qui envisage une limitation du trafic aux bus et aux vélos sur la route longeant le centre administratif de la CUS. W