Moins de poids lourds, moins de bouchons, l’autoroute A355 soulage Strasbourg

TRANSPORTS Selon un premier bilan de la préfecture du Bas-Rhin, le trafic autour de Strasbourg s’est nettement amélioré depuis la mise en service du contournement ouest (GCO), avec une baisse du trafic des camions de 33 % et de 6 % de celui des voitures sur la M35

Gilles Varela
— 
Une partie du GCO vue du ciel.
Une partie du GCO vue du ciel. — Vinci Autoroutes
  • Le Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg a été ouvert à la circulation le 17 décembre. Depuis, de nombreuses voitures et surtout camions l’empruntent, allégeant ainsi le trafic sur l’ex A35 qui traverse la commune strasbourgeoise.
  • Huit mois après son ouverture, la préfecture a présenté ce mardi un premier bilan sur les influences de la mise en service sur le trafic routier local, sans pouvoir donner encore des informations sur la qualité de l’air.
  • Un bilan jugé « satisfaisant » avec une baisse du trafic poids lourds de 33 % et de 6 % des véhicules légers sur la M35. Mais des améliorations sont à apporter, notamment pour la voie de covoiturage qui n’est pas respectée.

Après plus de huit mois de la mise en service du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO), un bilan sur l’évolution du trafic sur la M35 traversant l’Eurométropole a été présenté ce mardi à la presse par la préfecture du Bas-Rhin, le concessionnaire de l'A355 Arcos et l’Eurométrople.

Une M35 allégée

C’est un bilan « satisfaisant » selon l’Etat. Il devrait permettre d’atteindre prochainement une bonne partie des objectifs espérés. Comme celui de soustraire totalement le trafic des camions en transit qui traversent Strasbourg, notamment ceux en provenance d’Allemagne et des pays de l’Est, de fluidifier le trafic local, mais aussi d’améliorer la qualité de l’air. Résultat, une baisse « significative » sur la M35 selon la préfecture, de 33 % pour les poids lourds et de 6 % pour les véhicules légers, par jour, en semaine.

Concernant les seuls camions, 90 % d’entre eux emprunteraient la nouvelle autoroute ce qui représente entre 6.000 et 7.000 véhicules par jour en semaine. Conséquence immédiate et très satisfaisante, moins de bouchons et de ralentissements sur la M35 : le temps gagné par les automobilistes pour la traversée de Strasbourg chaque jour est estimé entre 15 et 20 minutes aux heures de pointe, et cela dans les deux sens. Une fluidité du trafic certes, mais qui en retour pourrait bien, craingnent les autorités, encourager certains à reprendre leur voiture, à moins que l’augmentation du prix des carburants ne les dissuade… Moins d’accidents ont également été relevés les autorités.

Des améliorations attendues

Moins de trafic sur la M35, meilleure qualité de l’air ? Rien n’est moins sûr. « Trop tôt », est-il annoncé car les évaluations sont toujours en cours et aucune donnée n’a pu être communiquée. Il faudra probablement « attendre décembre pour cela », assure la préfecture. Autre inconnue, l’évaluation du bruit de l'A355 alors que beaucoup d’habitants des petites communes traversées par le GCO se plaignent. Mystère encore, le report des camions en transit qui évitent l'A355 payante dans sa partie centrale et qui emprunteraient les routes de villages.

En revanche, s’il y a bien une chose qui n’est pas respectée mais bien constatée, c’est la voie réservée au covoiturage. Voie qui devait activement participer à la réduction des envies « autosolistes ». Principale explication avancée : la difficulté de faire des contrôles en toute sécurité. Un véritable échec, reconnaissent l’Etat et l’Eurométropole qui pensent pourtant voir là, la plus grande marge de manœuvre pour améliorer la situation. Une signalétique dynamique devrait voir le jour.