Islamophobie : Emotion à Metz où une mosquée a été visée par des cocktails Molotov

DEGRADATIONS Une enquête a été confiée à la sûreté départementale, a indiqué le procureur de la République de Metz, Yves Badorc, ajoutant que, « à ce stade (…), aucune piste n’est privilégiée »

20 Minutes avec AFP
— 
Le minaret de la mosquée Osmanli de Nantes.
Le minaret de la mosquée Osmanli de Nantes. — LOIC VENANCE / AFP

La façade d’une mosquée turque de Metz a été légèrement endommagée dans la nuit de jeudi à vendredi par des bouteilles incendiaires de type cocktail Molotov, suscitant l’émoi dans la cité lorraine où un rassemblement est prévu ce samedi à la mi-journée. « Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte d’islamophobie », a réagi sur Twitter le maire de Metz, le LR François Grosdidier, appelant « à un rassemblement de soutien » samedi à midi dans le centre-ville.



Une enquête a été confiée à la sûreté départementale, a indiqué le procureur de la République de Metz, Yves Badorc, ajoutant que, « à ce stade (…), aucune piste n’est privilégiée ».

Les dégâts ont été constatés vendredi « vers 5h30 par des fidèles venus à la prière du (vendredi) matin », a dit à l’AFP Ridvan Kilinc, le secrétaire de l’association qui gère le centre cultuel et culturel qui abrite la mosquée Merkez Camii, de la fédération DITIB, une organisation de la communauté turque. Une plainte a été déposée, a-t-il indiqué.

« C’est un fait extrêmement grave »

« C’est la première fois qu’on a un attentat sur un lieu de culte à Metz (…) Jamais on était passé à cette volonté de détruire. C’est un fait extrêmement grave », a affirmé l’édile sur France Bleu Lorraine Nord.

Trois bouteilles incendiaire de type « cocktail Molotov » avaient été déposées devant la façade mais seulement deux ont été allumées, selon Ridvan Kilinc, qui ajoute que le centre n’avait « jamais » fait l’objet d’une telle attaque. Les flammes ont légèrement noirci par endroits la façade, a encore indiqué Ridvan Kilinc. Selon lui, une bouteille avait été installée près d’un système électrique avec, manifestement, l’intention de l’endommager. Le ou les auteurs ont aussi manifestement tenté, en vain, de lancer un cocktail Molotov dans la mosquée pour en incendier l’intérieur, a-t-il encore affirmé, précisant que les deux imams de la mosquée « logent au-dessus » du bâtiment religieux.

« Tout le monde est stupéfait », a ajouté Ridvan Kilinc, appelant à « l’union », « le maître-mot de la manifestation » samedi à Metz.