Les faits de violences n'ont pas été retenus par le tribunal

Ludovic Meignin

— 

Efosa Igbinoba au tribunal, hier.
Efosa Igbinoba au tribunal, hier. — G. VARELA / 20 MINUTES

Les réquisitions du procureur à l'encontre d'Efosa Igbinoba

n'ont pas été suivies hier

par le tribunal correctionnel de Strasbourg. Le ministère public avait réclamé trois mois de prison avec sursis à l'encontre de l'étudiant en mathématiques strasbourgeois de 21 ans. La cour l'a relaxé des faits de violences à l'égard de deux policiers pour lesquels il était poursuivi. « Je suis soulagé. Tout cela a été stressant mais j'ai été soutenu par mes amis et mes professeurs », a déclaré Efosa Igbinoba après l'énoncé de la décision du tribunal. L'étudiant comparaissait aussi pour des outrages à l'égard des deux plaignants pour lesquels il a été condamné à 75 euros d'amende sans inscription au casier judiciaire. Les faits remontent au 8 avril lors d'une manifestation contre les réformes Pécresse au cours de laquelle les forces de l'ordre avaient repoussé le cortège dans le périmètre du campus de l'Esplanade. L'accusation soutenait qu'Efosa Igbinoba avait alors porté des coups à des policiers en les injuriant. A la barre du tribunal, le prévenu a expliqué « avoir été frappé et bousculé pendant que les policiers chargeaient. J'ai simplement voulu me défendre. » Il a reconnu avoir proféré une fois des injures. « Ce n'est pas dans mes habitudes et je m'en excuse », a-t-il déclaré. Son avocat, maître Grégoire Mehl, avait plaidé la relaxe arguant que son client « n'a commis aucune violence. Le fait d'avoir retenu le bras d'un policier pour se protéger de coups a tout d'un élément de légitime défense. » A ce propos, Maître Grégoire Mehl a précisé que « des vidéos des télévisions locales Stras TV et TVcampus diffusées sur Internet remettent en cause la version des faits des policiers ». En cas de condamnation de son client, il réclamait que ces images soient visionnées par la justice dans le cadre d'un « supplément d'information ». L'avocat avait confié à 20 Minutes peu avant le début de l'audience que l'enquête « n'avait pas été très poussée ». W