Haut-Rhin : C’est la fête à la maison avec un speed dating dans des Ehpad

AMOUR La pression, artérielle, risque de monter ces deux prochains jours dans une résidence pour seniors et dans un Ehpad du Haut-Rhin avec un speed dating autour d’un goûter gourmand

Gilles Varela
— 
L'opération de speed ating « Viens on s'aime », organisée par le collectif Amaelles.
L'opération de speed ating « Viens on s'aime », organisée par le collectif Amaelles. — Hélène Hirlemann
  • Dans la résidence senior Les Châteaux de Wettolsheim et demain mardi à l’Ehpad, “La Maison des Écureuils” de Mulhouse, un speed dating amoureux va être organisé pour les résidents qui le souhaitent.
  • Une opération à l’initiative du collectif d’aide et de soin à la personne Amaelles, qui pourrait bien faire des petits en 2023.
  • Mise en beauté, shooting photo, valorisation de son image personnelle, écriture de textes de présentation personnalisés… Si la Saint-Valentin reste un prétexte, il s’agit surtout de s’amuser et « un moyen de réenchanter le quotidien mais aussi de promouvoir la culture d’une image de soi positive ».

C’est bien connu, l’amour n’a pas d’âge. Et cela tombe plutôt bien, alors que l’actualité jette l’opprobre sur l’ensemble des Ehpad de France (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Dans le  Haut-Rhin, c’est plutôt la fête à la maison. Deux speeds datings sont organisés à l’occasion de la  Saint-Valentin. Et l’amour va même durer deux jours, les 14 et 15 février, dans les résidences pour seniors. Ce lundi, pour les volontaires bien sûr, dans la résidence senior Les Châteaux de Wettolsheim, et mardi à l’Ehpad de La Maison des Écureuils de Mulhouse. Sur une initiative du   collectif d’aide et de soin à la personne, Amaelles, les seniors ont et vont avoir le cœur qui palpite et les yeux qui brillent autour d’une série de petits événements autour de l’amour.

L’idée n’est évidemment pas de faire la bamboche toute la journée voire la nuit mais « de se rencontrer lors de rendez-vous, de rencontres autour de dégustations gourmandes », expliquent les organisateurs. Et la fête a déjà commencé par une préparation ces derniers jours aux petits oignons. Mise en beauté, shooting photo, valorisation de son image personnelle, écriture de textes de présentation personnalisés pour chaque participant… Si la Saint-Valentin reste un prétexte, c’est surtout l’occasion de « permettre aux résidents une reconnexion avec eux-mêmes » explique Amaelles.

« Victime de son succès »

Et le point d’orgue, celui qui va faire monter la tension, faire voltiger les cannes et déambulateurs, c’est l’organisation du moment des rencontres.  « Qu’ils matchent ou non, cela a été un moment joyeux et convivial », raconte Fabienne Kauffmann, responsable de la résidence Les Châteaux, qui vient juste de terminer cette première session. « Nous avons été victimes de notre succès, sourit la responsable. Avec 40 participations sur les 64 résidents. Du coup on a dû s’étendre dans une autre pièce pour loger tout le monde. » Un speed dating organisé de main de maître. D’abord avec un jeu de questions-réponses recentré sur les personnes elles-mêmes, et « pas forcément sur leur vie passées, pour rompre avec les habitudes. Puis les résidentes ont pris place le long de tables avec un numéro devant elles. Lorsque les messieurs sont arrivés, chacun a tiré au hasard un petit papier en forme de cœur avec le numéro correspondant à l’une des résidentes. » Se sont alors enchaînées les rencontres, toutes les sept minutes.  « Un vrai succès, sourit Fabienne Kauffmann alors que  la joyeuse troupe finissait de partager un grand gâteau comprenant un insert en forme de cœur et de trinquer au crémant » pour conclure cette belle après-midi.

Au fond, l’idée n’est pas vraiment de refaire sa vie, mais de trouver ou de retrouver l’amour, même si cela se fait en maison de retraite, assure l’organisatrice.  « Un moyen de réenchanter le quotidien mais aussi de promouvoir la culture d’une image de soi positive. Poser à nouveau sur soi un regard valorisant, s’appréhender comme étant désirable », ajoute Amaelles. En d’autres mots, c’était l’occasion de « retrouver une interaction les uns avec les autres, après deux ans où l’on se retrouve plus ou moins limité en nombre, en place, et intégrer les nouveaux arrivants, précise Fabienne Kauffmann. D’apprendre à se connaître différemment. Ils ont peut-être 80 ans mais ils ont envie de plaire, d’être joli, d’interagir avec le sexe opposé. Pas forcément de manière amoureuse, mais de façon amicale », se réjouit encore Fabienne Kauffmann qui poursuit : « Une des participantes m’a dit : “On vit à nos âges un amour universel, où l’amitié est plus importante que la relation amoureuse.” »

Et pour ceux qui le souhaitent, il leur sera possible d’échanger par courrier ou par visioconférence, entre les deux établissements participants » explique Amaelles. Tout un programme. D’ailleurs face à ce succès, l’opération se renouvellera l’année prochaine et pourrait même s’étendre. L’amour dans le Haut-Rhin, c’est pour toujours…