Les salariés ne vont pas se défiler

Ludovic Meignin

— 

Il y aura sans doute du monde derrière les banderoles demain. C'est du moins ce qu'espèrent les responsables syndicaux contactés hier par 20 Minutes. La délégation des personnels des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) devrait être particulièrement représentée dans le cortège. L'intersyndicale condamne en effet le projet de loi Bachelot. Pour Michel Lacher, secrétaire adjoint CGT des HUS, la ministre « transforme le service public de la santé en entreprise ». Jean-Claude Matry, président de la CFTC aux HUS, se demande « si demain, nos enfants ne risquent pas de trouver porte close à l'hôpital s'ils n'ont plus les moyens de se payer des soins. Surtout avec tous les problèmes d'emploi auxquels sont confrontées les nouvelles générations. »

L'emploi et le pouvoir d'achat seront d'ailleurs en tête des revendications. « L'an dernier, on n'était pas dans un contexte aussi difficile. La situation économique s'est vraiment fortement dégradée. Les salariés ont l'impression de ne plus avoir de perspectives et l'on voit même des entreprises qui ne sont pas en difficulté bloquer les salaires en invoquant la crise », dénonce Jacky Wagner, secrétaire général de la CGT du Bas-Rhin. Il s'attend donc à une mobilisation nettement plus forte que l'an passé. W

Lire aussi p. 10-11