Strasbourg : Près de 45 millions d’euros pour des quartiers encore plus verts

URBANISME Les projets pour les quartiers du secteur des Deux Rives à Strasbourg vont être « réorientés » grâce à près de 45 millions d’euros supplémentaires qui devraient être prochainement votés

Gilles Varela
— 
Le projet Starlette à Strasbourg le 26 janvier 2022
Le projet Starlette à Strasbourg le 26 janvier 2022 — G. Varela / 20 Minutes

Après 15 mois de réflexion, de concertations et d’études, la ville et l’Eurométropole de Strasbourg souhaitent « injecter » 44,7 millions d’euros supplémentaires (8,3 millions pour la ville et 36,4 millions pour l’Eurométropole) pour les projets  des futurs quartiers Citadelle, Starlette,  Coop et Rives et Port du Rhin. Des quartiers en devenir étalés sur 74 hectares situés grosso modo entre le parc de la Citadelle et les Rives du Rhin, et amenés à accueillir 7.500 nouveaux habitants.

Un surcoût justifié par la « réorientation » du projet initial lancé en 2014, nécessaire, assurent les nouvelles équipes dirigeantes des deux collectivités, pour répondre aux enjeux écologiques, sociaux et économiques. L’occasion aussi d’être « un modèle » et parfois même « d’expérimenter » des solutions « bas carbone » , tout en jonglant entre « combler le besoin de logements sans artificialiser les sols et l’étalement urbain et de tisser du lien entre les habitants » explique la maire écologiste Jeanne Barseghian. Des quartiers « vivables et agréables, végétalisés au maximum où 2.000 arbres seront d’ailleurs plantés ou bien encore verront la création de deux nouveaux parcs et de trois promenades. Côté construction, priorité est donnée aux matériaux biosourcés, notamment dans la partie nord ouest du quartier Citadelle où le terrain restera vierge.

Le site du projet berges et rives du Rhin à Strasbourg, le 26 janvier 2022
Le site du projet berges et rives du Rhin à Strasbourg, le 26 janvier 2022 - G. Varela / 20 Minutes

Priorité est donnée au cadre de vie des futurs habitants, à la vie économique, sociale et culturelle. Pour cela le nombre de logements a été réduit, passant de 4.400 à 3.700. Les berges, le rapport avec l’eau, que ce soit les canaux ou le Rhin, mis en valeur et livrés aux promeneurs. L’occasion aussi de souligner « la dimension transfrontalière de ce projet majeur » assure la maire, et de faire la jointure entre ces nouveaux espaces et le quartier historique du Port du Rhin jusqu’à la ville frontalière, Kehl.

« Pas une cité-dortoir »

Si certains projets sont déjà sortis de terre, notamment dans le secteur de la Coop, il reste encore beaucoup à faire. Sur le fond, il s’agit toujours de créer de nouveaux logements, « sociaux » ou abordables, c’est-à-dire à loyers encadrés », accessibles à tous, conciliant enjeux écologiques. Mais il s’agit aussi de créer de véritables bassins de vie et pas d’une « cité-dortoir » comme l’a martelé la maire. Constat est fait, selon la SPL Deux Rives qui a travaillé sur les modifications à apporter sur les quatre quartiers en question, d’un véritable déficit de service public, de commerces, de lieux de vie et de rencontre.

Le projet Coop à Strasbourg le 26 janvier 2022
Le projet Coop à Strasbourg le 26 janvier 2022 - G. Varela / 20 Minutes

Aussi, la « réorientation » prévoit plusieurs équipements scolaires, de crèches, de maisons de la petite enfance. Dans le quartier de la Coop, une salle polyvalente sera installée dans la petite salle de la Cave à vins dès 2023. L’objectif étant d’accentuer le lien entre ce nouveau quartier et les habitants du quartier historique du Port du Rhin. Mais encore une médiathèque, des espaces pour les pratiques artistiques et un guichet unique de services publics, livrés vers 2026. Des espaces périscolaires vont être adossés aux écoles des quartiers Starlette (2025) puis à Citadelle et Rives Port du Rhin, en lien avec la construction des écoles. Deux maisons de la petite enfance, à Starlette puis une autre à Citadelle, seront créées ainsi qu’un nouveau gymnase.

Reste aux deux collectivités, la ville et l’Eurométropole, à faire voter cet investissement de près de 50 millions d’euros lors de leurs prochains conseils respectifs, prévus dans quelques jours.