Strasbourg : Un mois après sa mise en service, le Grand contournement ouest (GCO) a-t-il modifié le trafic ?

AUTOROUTE Ce tronçon de 24 km a été lancé mi-décembre, avec l’objectif de délester la M35 qui traverse la capitale alsacienne

Thibault Gagnepain
— 
Opération de contrôle du transit des poids lourds sur la M35, à proximité de Strasbourg.
Lancer le diaporama
Opération de contrôle du transit des poids lourds sur la M35, à proximité de Strasbourg. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Le Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg, l'A355, a été ouvert à la circulation le 17 décembre.
  • Un peu plus d’un mois après, a-t-il permis de réduire le trafic sur la M35, l’axe qui coupe Strasbourg ? Sans aucun doute, même si les voitures l’empruntent encore peu.
  • Nous avons suivi une opération de contrôle des poids lourds sur la M35 ce mardi. Depuis l’ouverture du GCO, ils ont interdiction d’y transiter. Mais certains chauffeurs se trompent encore, volontairement ou non…

Une polémique pour commencer. Ouverte le 17 décembre, l'A355 avait d’abord fait parler d’elle par sa signalisation, jugée trompeuse par certains. Mais après plus d’un mois de service, le si contesté Grand contournement ouest (GCO) de  Strasbourg atteint-il ses objectifs de trafic ? A-t-il vraiment allégé la circulation sur la M35, l’axe qui coupe la capitale  alsacienne ?

A vue d’œil, il n’y a pas photo. A n’importe quelle heure de la journée, les files de voitures semblent bien moins importantes, bien aidées par un faible nombre de camions. Des observations que les chiffres officiels confirment. « Nous avons observé une baisse de 35 % du volume de poids lourds, contre -12 % de véhicules légers », a annoncé ce mardi la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier.

En clair, ce serait aujourd’hui « environ 5.500 » camions qui éviteraient la M35 et se reporteraient ailleurs. En majorité sur le nouveau tronçon de 24 km. « Nous estimons qu’ils sont environ 7.000 par jour en moyenne », estime de son côté le concessionnaire Vinci Autoroutes par la voix de Jean-Luc Fournier. « Cela correspond à peu près à nos attentes et on pense que les usagers de la voiture vont aussi bientôt en prendre l’habitude. Beaucoup n’ont pas encore leur GPS à jour. »

« Dans leur métier, le temps, c’est de l’argent ! »

Cet argument, aveu de policier, c’est aussi celui que servent la plupart des chauffeurs de poids lourds pris en faute sur la M35. Ils ont obligation de transiter par le GCO, sauf en cas de livraison, commande, réparation, bref obligation professionnelle dans l’agglomération strasbourgeoise. Mais avec un péage pouvant aller jusqu’à 16,60€ sur la nouvelle A355, certains tentent encore le coup de l’ancienne route…

Ce mardi, un contrôle inopiné était justement organisé à hauteur d’Ostwald, dans le sens sud-nord. Pendant environ deux heures, les forces de l’ordre ont multiplié les contraventions. Souvent à l’encontre des routiers étrangers. Pourquoi eux ? Car ils sont davantage arrêtés… « C’est sûr que nous les repérons davantage car, pour des Hongrois, Polonais, etc., il y a de grandes chances qu’ils soient en transit et n’ont donc rien à faire là », détaille le chef Munier, de la CRS autoroutière de Strasbourg.

Les contrevenants sont tous repartis avec 90 euros d’amende. « Et surtout une immobilisation de leur camion pour qu’on effectue tous les contrôles », précise le commandant Glorian. « Tout ça peut durer trente minutes ou bien plus. Dans leur métier, le temps, c’est de l’argent ! Non vraiment, ce n’est pas un bon calcul de ne pas respecter la loi. »

Certains poids-lourds ne respectent pas leur interdiction de transit sur la M35, à proximité de Strasbourg.
Certains poids-lourds ne respectent pas leur interdiction de transit sur la M35, à proximité de Strasbourg. - T. Gagnepain / 20 Minutes

Il l’assure, des contrôles sont effectués très régulièrement depuis mi-décembre. Avant, peut-être, d’être appuyés par des radars automatiques. Pour contrôler les poids lourds, mais aussi, et bien sûr, la vitesse de tous les véhicules. Voire pour vérifier que ceux qui empruntent la voie réservée au covoiturage sont bien plusieurs dans l’habitacle. « Nous avons effectué une demande en ce sens, des études sont en cours », assure Pia Imbs, la présidente de l’Eurométropole.

« Il ne faudrait pas que les gens pensent qu’ils peuvent accélérer car l’axe est beaucoup plus libre qu’avant. Je le rappelle : il n’y a pas eu d’accident mortel depuis décembre 2020 sur la M35 », complète le commandant Glorian, à la tête des opérations ce mardi. Certains de ses hommes peinaient parfois à se faire comprendre par les conducteurs contrôlés. « On manie les principales langues mais sinon on prend nos téléphones avec Google trad », rigole l’un d’entre eux.