Le Haut-Rhin met à flots le projet de liaison fluviale Saône-Rhin

— 

Un canal qui irriguerait l'économie régionale. Le conseil général du Haut-Rhin a communiqué hier l'étude préliminaire qu'il a pilotée en vue de la réalisation d'une liaison fluviale à grand gabarit entre la Saône et le Rhin. Il a pour ambition de situer le département et la région Alsace, « au coeur des grandes voies d'échanges fluviales entre Hambourg et Marseille ». Onze partenaires, dont le Port autonome de Strasbourg, se sont associés à l'élaboration de ce document aux projections prometteuses. Le trafic potentiel serait compris dans une fourchette entre 11 et 19 millions de tonnes par an à l'horizon 2025. Les conteneurs maritimes représenteraient à eux seuls 4,5 à 6 millions de tonnes. Cette évaluation a été réalisée dans le cadre d'un gabarit de référence pour le canal correspondant à la classe « Vb ». Concrètement, des embarcations atteignant jusqu'à 185 m de long pourront emprunter le canal. Les retombées générées par la liaison fluviale, qui s'étendrait sur environ 200 km, profiteraient très largement aux régions traversées en termes de création de postes de travail. « Ce qui est démontré, c'est que 50 000 emplois seraient créés, souligne le président (UMP) du conseil général du Haut-Rhin, Charles Buttner. C'est aussi une alternative durable au transport routier de marchandises ». Des retombées qui justifient amplement, selon lui, l'investissement à consentir. « Le coût total peut être estimé à environ 10 milliards d'euros », précise Philippe Walter, directeur des grandes infrastructures au département. Charles Buttner demande à présent à l'Etat de s'engager « très rapidement » pour le projet, histoire de ne pas revivre la même mésaventure qu'en 1997, lorsqu'un précédent projet de canal traversant l'Alsace avait finalement été abandonné. D'autant qu'il existe un projet concurrent Saône-Moselle. W

Ludovic Meignin