Catherine Trautmann compte faire l'union autour de sa liste

Ludovic Meignin

— 

Finies les querelles intestines. Les socialistes sont en ordre de bataille pour les élections européennes du 7 juin, a assuré samedi Catherine Trautmann, député européen sortant. Entourée de la quasi-totalité de son équipe, elle a officiellement lancé sa campagne depuis son QG installé place Broglie à Strasbourg. La liste qu'elle conduit compte dix-huit titulaires et suppléants. « Elle reflète la diversité dans l'unité en réunissant des sensibilités, des générations et des parcours divers. » Aurélie Filippetti, députée de Moselle et secrétaire national du Parti socialiste, occupe la troisième place sur la liste. Elle est précédée d'une personnalité qui ne vient pas de la région : Liêm Hoang-Ngoc, maître de conférences et chercheur à Paris-I Panthéon-Sorbonne et secrétaire national adjoint à l'économie du PS.

Les socialistes annoncent qu'ils vont aller à la rencontre des citoyens à travers des « circuits de campagne » dans les départements du grand-Est. « Un véritable rallye pour une Europe concrète et utile », indique Catherine Trautmann. Ce parcours débutera le 25 avril dans l'agglomération de Dijon (Côte-d'Or). Le grand meeting national aura lieu quatre jours plus tard au Palais de la musique et des congrès de Strasbourg. La participation de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, est annoncée. Sur le fond, le programme européen des socialistes repose sur un document baptisé « Le Manifesto », auquel ont souscrit leurs homologues des vingt-six autres pays de l'Union. Catherine Trautmann souligne que « de nombreux secteurs économiques de notre région sont durement frappés par la crise, notamment l'automobile ». Or, l'Union décidant de la politique de soutien à l'industrie, il s'agit pour elle d'un enjeu majeur, tout comme la nécessité de « mieux financer la recherche et la formation ». D'une manière générale, le Parti socialiste dit vouloir « réorienter la politique européenne vers plus de social ». W