Les hôtels se couchent sur la morosité

— 

La crise semble avoir marqué une petite pause dans les hôtels de la région. Au cours du premier mois de l'année, les établissements alsaciens avaient accueilli 22 418 touristes de moins qu'à la même période en 2008. En février, avec 283 180 nuitées, ils n'ont perdu que 2 799 clients, indique l'Insee. En matière de revenu par chambre, Strasbourg a même enregistré « la meilleure progression de toutes les grandes villes françaises », précise l'Observatoire régional du tourisme d'Alsace. Dans son dernier suivi mensuel, l'organisme explique aussi que les hôtels ont connu « un réel succès » en mars, grâce à la tenue d'une session du Parlement européen et à la préparation du sommet de l'Otan des 3 et 4 avril. « Les professionnels chargés de mettre en place l'événement étaient pour certains déjà présents trois semaines auparavant » et plus de 5 000 personnes auraient dormi dans l'agglo durant les festivités. Problème, le reste du mois d'avril « se profile plus tempéré ». W

P. W.