Strasbourg : Le verre de vin chaud est à moitié plein pour les exposants du marché de Noël

SANTONS SOUS LA NEIGE Dans l’ensemble, tous les acteurs sont satisfaits de l’organisation du marché de Noël 2021 malgré un contexte sanitaire encore très particulier

Luc Sorgius
— 
Au marché de Noël de Strasbourg, il y avait plus de place dans les allées cette anné.
Au marché de Noël de Strasbourg, il y avait plus de place dans les allées cette anné. — Luc Sorgius
  • A Strasbourg, le marché de Noël s’achève ce dimanche à 18 heures.
  • A l’approche de la fin, les exposants dressent un bilan provisoire de cette édition particulière.
  • Si, dans l’ensemble, tous saluent la nouvelle organisation, les retours sur les retombées économiques sont plus partagés.

« On a l’impression qu’il y avait moins de monde dans les allées. Mais c’est peut-être parce que c’est plus aéré ! » Derrière le comptoir des Santons d’Alsace Delorme, situé place Broglie à proximité de l’opéra de Strasbourg, Perle Delorme a été une témoin privilégiée de cette édition du  marché de Noël si particulière.

Pour autant, elle l’assure : « Nous avons des clients fidèles qui reviennent chaque année. Eh bien, nous avons vraiment de la chance parce qu’ils sont venus malgré le contexte ! » Si elle n’est pas encore en mesure de donner des chiffres définitifs sur le cru 2021, l’exposante estime que l’activité de l’entreprise familiale « a été à peu près comme d’habitude, pas mieux, pas pire ».

Un peu plus loin, Fabien Bertani affiche une mine satisfaite. Présent sur le marché de Noël « depuis 42 ans » pour les pains d’épices Fortwenger, le vendeur l’assure : « C’était une édition tout à fait concluante. La nouvelle organisation est super, notamment la plus grande distance entre les chalets. Pour les gens, c’était plus agréable, ils étaient plus à l’aise pour regarder et acheter. »

« On a sauvé les meubles »

Toujours sur la place Broglie, un vendeur dresse un constat plus mitigé : « C’était une année un peu plus difficile, il y avait quand même moins de touristes. Dans l’ensemble, on ne peut pas se plaindre, mais je ne pense pas que l’on fasse les chiffres de 2019 ou de 2018… » Il préfère retenir l’essentiel : « Nous, on est content d’être là ! D’ailleurs, les touristes allemands aussi, puisque les marchés sont fermés chez eux. »

Parmi les exposants en mesure de nous donner des données chiffrées, Sarah Angelier est catégorique. « Par rapport à 2019, les chiffres sont en baisse de 20 % », explique la jeune femme derrière le comptoir de la distillerie Meyer’s, place du Temple-Neuf. « Ça a commencé en flèche, et ça a baissé petit à petit. » Seule éclaircie, « le week-end du début des vacances scolaires. »

Et dans les hôtels ? « On a sauvé les meubles », souffle Véronique Siegel, présidente de la branche hôtellerie de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) de Strasbourg-Métropole. « Les week-ends étaient bien remplis, mais les annonces ministérielles successives ont provoqué quelques soubresauts en semaine. »

Un regard envieux vers Colmar et Kaysersberg

Pour autant, elle souhaite voir le positif. « Après décembre 2020, on est très content de cette année-là. » Véronique Siegel regrette toutefois la fermeture anticipée du marché. « D’habitude, il finissait le 31 décembre. Là, on voit la différence avec les marchés de Colmar et Kaysersberg [Haut-Rhin] qui continuent de travailler la semaine prochaine. Il y a un lien de cause à effet entre l’ouverture du marché et la fréquentation des hôtels. »

Michel Wagner, responsable du Syndicat professionnel des exposants du Christkindelsmärik de Strasbourg (Specs), veut voir le verre de vin chaud à moitié plein : « Tout a été fait par la nouvelle municipalité pour que ça fonctionne, et que ça fonctionne jusqu’au bout. Dans un contexte difficile, c’est une première réussie. »