La municipalité mettra l'accent sur le lien Franco-Allemand

— 

Un pas de plus vers l'abolition de la frontière politique. Les élus strasbourgeois ont convié leurs homologues kehlois à participer au prochain conseil municipal, le 4 mai. Lâchée - involontairement - hier par Jacques Bigot, président (PS) de la communauté urbaine, l'information a été confirmée par le directeur général des services de la ville, Bernard Debry. Le rendez-vous, souhaité par le maire socialiste Roland Ries, s'inscrit dans la réalisation de l'Eurodistrict, soit la création d'un mode de gouvernance conjoint et d'un statut juridique et fiscal commun à la CUS et aux agglomérations de l'Ortenau. Au programme de ce premier conseil franco-allemand : la définition d'une stratégie économique et urbanistique à l'échelle du bassin Strasbourg-Kehl et l'extension de la ligne D du tramway au-delà du pont de l'Europe. A terme, elle pourrait relier la station Aristide-Briand à la place de la gare à Kehl. Il s'agirait « d'une alternative au "transport collectif" à l'usage du véhicule particulier sur les liaisons transfrontalières », explique une récente notice municipale. Sa construction pourrait débuter en 2011, afin de permettre sa mise en service à l'horizon 2013. Un calendrier qui techniquement semble réalisable selon Bernard Debry, le tracé envisagé pour la ligne ne demandant aucune expropriation. Il comporte néanmoins la construction d'une passerelle sur le Rhin, dont l'usage serait réservé aux trams, aux piétons et aux cyclistes. Cofinancée par le ministère de l'Ecologie dans le cadre du Grenelle de l'environnement, une étude de faisabilité sur le prolongement de la voie est en cours de réalisation. ■P. W.