Tarif réduit pour les plus démunis à la CTS

Philippe Wendling

— 

Une mesure concrète pour le pouvoir d'achat. Parmi les quarante-huit points à l'ordre du jour du conseil de CUS de demain, les élus sont appelés à délibérer sur une baisse du prix de l'abonnement de la CTS pour les riverains les plus démunis. Prise en « urgence », l'aide s'inscrit dans un plan communautaire « de soutien à l'économie locale » proposé en parallèle des mesures de relance décidées par l'Etat et la ville. Cette dernière compte adapter les tarifs de certains de ses services, notamment périscolaires, aux ressources de leurs bénéficiaires.

« Dans la situation difficile de crise, la tarification de la CTS a montré ses limites pour les ménages, explique Jacques Bigot, président (PS) de la CUS. Nous avons donc anticipé la refonte de ses tarifs prévue en juillet. » Ainsi, les foyers dont le quotient familial mensuel déclaré auprès des Caisses d'allocations familiales (CAF) n'excède pas 450 euros ne payeront que 25 % du montant de l'abonnement, soit 10,20 euros par mois et par personne. Pour le moment, seuls les bénéficiaires du revenu minimum d'insertion (RMI) et les chômeurs jouissaient d'une tarification sociale leur permettant de ne s'acquitter que de 10 % du prix d'abonnement. « Beaucoup de gens qui travaillent ont aussi besoin d'aides car leurs ressources sont faibles », estime Jacques Bigot. Selon lui, quelque 10 000 personnes devraient ainsi bénéficier de la mesure, dont l'entrée en vigueur est prévue le 1er mai. Les demandeurs pourront se présenter dans les mairies avec une attestation de la CAF pour obtenir un bon de réduction à fournir à la CTS. Pour compenser les pertes de la compagnie, la CUS a prévu de lui reverser 350 000 euros. ■