Alsace : Nasti, Ledig, Giuriato, Chevalier… Ils vont faire l’actualité en 2022

PREMONITION 2022 vient tout juste de débuter, « 20 Minutes » vous présente les quatre personnalités d'Alsace qui vont animer cette nouvelle année

Thibaut Gagnepain
— 
Josiane Chevalier, Olivier Nasti, Agnès Ledig et Pierre Giuriato (de gauche à droite).
Josiane Chevalier, Olivier Nasti, Agnès Ledig et Pierre Giuriato (de gauche à droite). — Montage photos
  • 2022 va être rythmée par des élections, présidentielle et législatives, mais aussi de grands événements sportifs : JO d’hiver à Tokyo et Coupe du monde au Qatar en novembre. 20 Minutes vous dévoile quatre personnalités d’Alsace qui vont également être dans l’actualité cette année.
  • Et si le cuisinier Olivier Nasti décrochait par exemple sa 3e étoile au Guide Michelin ? L’Alsace n’a plus de restaurant triplement reconnu depuis 2019.
  • L’année 2022 sera aussi synonyme d’actualité pour Pierre Giuriato. Le jeune avocat strasbourgeois défendra Jean-Marc Reiser, le meurtrier présumé de Sophie Le Tan, dans un procès très attendu.

Quels Alsaciens feront 2022 ? La question n’a pas été facile à trancher pour la rédaction strasbourgeoise de 20 Minutes. Nous nous étions juste fixés deux interdits : parler de politique et de sport. Pas dans une année marquée par des élections, des Jeux Olympiques et une Coupe du monde ! Résultat, ce sont un cuisinier, une écrivaine, un avocat et une préfète qui ont été mis en avant.

Olivier Nasti, la tête dans les étoiles

L’anomalie dure depuis trois 2019, année où l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern (Haut-Rhin) a perdu sa troisième étoile au Guide Michelin. Depuis, aucune table alsacienne n’a pris le relais tout en haut de ce prestigieux classement. Et si enfin c’était pour 2022 ? Parmi les six cuisiniers déjà doublement décorés dans la région,  Olivier Nasti a le droit d’y croire.

« J’aimerais bien oui ! », s’amuse l’intéressé en précisant vite qu’il « mesure ses propos ». « Mais tout le travail mené depuis des années tend en ce sens. Que ce soit en termes de sourcing des produits, d’identité des équipes, d’infrastructures, de cohérence dans les arts de la table… On a rendu tout ça cohérent de A à Z. »

Olivier Nasti, chef cuisinier à Kaysersberg, dans le Haut-Rhin.
Olivier Nasti, chef cuisinier à Kaysersberg, dans le Haut-Rhin. - FREDERICK FLORIN / AFP

Résultat, son Chambard, au sein du village viticole de Kaysersberg (Haut-Rhin), est aujourd’hui classé table d’excellence dans le Gault & Millau. Soit le guide gastronomique concurrent. Le Michelin va-t-il suivre ? « Il est le mieux placé en Alsace pour obtenir la 3e étoile, avec cette cuisine maîtrisée, personnelle, enracinée, éblouissante qui est la sienne désormais », réagit Gilles Pudlowski, journaliste et critique culinaire. « Le service et la cave sont à l’unisson. »

« Aujourd’hui, quand on vient manger chez un chef étoilé, ce n’est pas seulement pour bien manger, reprend Olivier Nasti. C’est pour qu’il nous raconte une histoire. » Une nouvelle page de la sienne pourrait s’écrire fin janvier, à l’annonce du palmarès.

Agnès Ledig a repris la plume

Que les nombreux fans de l’écrivaine alsacienne se détendent tout de suite : il n’y aura pas de nouveau roman en 2022 ! « J’ai commencé à écrire le prochain mais ce sera plutôt pour début 2023 », annonce Agnès Ledig sans en dévoiler davantage.

Après une dernière année très chargée, avec trois parutions dont La toute petite reine, la native de  Strasbourg va être moins prolifique ces douze prochains mois. Outre ce futur 9e roman, elle va se consacrer à la réédition de son premier livre, Marie d’en haut. Où il n’est pas seulement question de changer quelques tournures de phrase…

Agnès Ledig, romancière alsacienne.
Agnès Ledig, romancière alsacienne. - Eric Matheron-Balaÿ / Flammarion

« J’apporte des corrections éditoriales. Ça me fait très plaisir de le reprendre. J’y ai trouvé de nombreuses maladresses, ce qui me montre que j’ai évolué depuis dix ans ! », sourit celle qui a longtemps été sage-femme avant de se lancer dans l’écriture. Avec succès.

Son année 2022 devrait aussi être celle… de la création d’un un nouvel atelier pour s’adonner à son métier. « J’ai besoin de m’isoler quand j’écris. J’avais un petit pied-à-terre à Strasbourg mais on vient de déménager dans les Vosges et je voudrais m’aménager un nouveau coin », révèle-t-elle. C’est de là que naîtra son prochain livre. Encore un peu de patience…

Pierre Giuriato, l’homme derrière « le monstre »

Il l’avoue, ce n’est « pas le plus beau rôle » qui va s’offrir à lui. En juin prochain, à une date qui reste à déterminer, Pierre Giuriato devra assurer la défense de Jean-Marc Reiser. Soit l’homme qui a avoué le meurtre de l'étudiante strasbourgeoise Sophie Le Tan, en septembre 2018.

Comment assumer de devenir, l’espace de cinq jours, « l’avocat du diable » ? « Je fais un travail où je ne m’identifie pas à la personne que je représente. Mais je dois accepter qu’on puisse m’assimiler à quelqu’un que certains considèrent comme un monstre », répond le jeune conseil de 33 ans.

Maître Pierre Giuriato, l'avocat de Jean-Marc Reiser.
Maître Pierre Giuriato, l'avocat de Jean-Marc Reiser. - Piere Giuriato

Pour sa première aux assises, le natif d’Obernai sera accompagné par l’expérimenté Maître Francis Metzger. Une volonté de sa part tant il sait que ce procès peut avoir des répercussions sur sa carrière. « Oui, je pense qu’il ne faudra pas se louper. Ça pourrait m’ouvrir des portes, ou au contraire les refermer si je commets des erreurs », reprend le spécialiste en droit pénal, avocat depuis 2017.

Il le promet d’ores et déjà : pas question de faire un peu plus de mal à la famille de la victime. « J’ai un profond respect pour eux. Je ne permettrai pas une attitude provocante. » Seulement une plaidoirie.

Josiane Chevalier, la préfète omniprésente

Un couvre-feu pour les mineurs le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre, le port du masque obligatoire, des interdictions de rassemblement à  Strasbourg et dans d’autres villes… Depuis sa prise de fonction en février 2020, la préfète du  Bas-Rhin et du Grand-Est a multiplié les arrêtés. Quitte à aller plus loin qu’ailleurs en France et à déplaire, Josiane Chevalier agit.

« Quand il s’agit de protéger, la main ne doit pas trembler », justifie-t-elle auprès de 20 Minutes. La protection de nos concitoyens, c’est ma boussole depuis le début de la crise sanitaire. « Avant, j’ai le souci de la concertation et de l’explication en étant à l’écoute de tous. »

Josiane Chevalier, la préfète du Bas-Rhin et de la région Grand-Est.
Josiane Chevalier, la préfète du Bas-Rhin et de la région Grand-Est. - Pascal Pochard-Casabianca / AFP

En 2022, la représentante de l’Etat, 64 ans, devrait encore être très sollicitée. « Il faudra sortir de l’épidémie. Il conviendra également de réussir la relance pour être plus forts », estime la native de La Mure (Isère). « La dimension européenne sera aussi une priorité pour s’inscrire dans la dynamique de la présidence française de l’UE (qui a débuté le 1er janvier). »

Cette nouvelle année pourrait aussi être sa dernière en Alsace, les changements de préfets étant souvent liés aux élections présidentielles. Ce ne sera en tout cas la volonté, de Josiane Chevalier, déjà passée par le Tarn, les Pyrénées-Orientales, l’Essonne et la Corse. « Ma durée d’affectation dépend du Gouvernement mais si l’on me demande mon avis, je dirai : le plus longtemps possible ! »