Coronavirus dans le Grand-Est : Plan blanc généralisé, les urgences de Metz et Nancy saturées

HOPITAL Entre la cinquième vague de Covid-19 et les épidémies de grippe et de bronchiolite, certains services d’urgences du Grand-Est sont débordés

X.R.
— 
Les services d'urgences de certains hôpitaux sont arrivés à saturation.
Les services d'urgences de certains hôpitaux sont arrivés à saturation. — Shutterstock/SIPA

La cinquième vague de coronavirus continue de faire gonfler les chiffres dans les services de réanimation. Dans le  Grand-Est, l’ARS a demandé, selon  Lorraine Actu, à l’ensemble des hôpitaux de déclencher le plan blanc, permettant de mobiliser davantage de personnel et de déprogrammer les hospitalisations non-urgentes, pour se préparer à « un afflux de patients ». Les  hôpitaux de Strasbourg, Mulhouse, Colmar ou encore Nancy avaient anticipé la demande de l’ARS.

Ce plan blanc régional intervient alors que les urgences de certains hôpitaux, comme à Metz et à Nancy, sont totalement saturés. Sur Twitter, le CHR de Metz-Thionville et le CHRU de  Nancy invitent ainsi à appeler le 15 et à « privilégier les consultations auprès du médecin traitant » avant de se rendre aux urgences. Le Grand-Est devient ainsi la neuvième région à déclencher un plan blanc généralisé.

Le 6 décembre, l’ARS du Grand-Est avait déjà lancé à tous les soignants pour venir en renfort sur les établissements de soins. En métropole, seules la Bretagne, la Normandie et la Nouvelle-Aquitaine n’ont pas encore décidé d’appliquer ce dispositif sur l’ensemble de leur territoire.