Alsace : Sec, moelleux, doux… Les vins de la région vont maintenant l’afficher sur l’étiquette « pour aider l’acheteur »

COMMUNICATION Les vignerons alsaciens se sont entendus pour rendre obligatoire la mention à partir du millésime 2021

Thibault Gagnepain
— 
Certains vignerons avaient anticipé et proposaient déjà une échelle de sucrosité.
Certains vignerons avaient anticipé et proposaient déjà une échelle de sucrosité. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Ce vin est-il sec ou doux ? En Alsace, la confusion est souvent possible.
  • C’est pour cela que les vignerons de la région se sont entendu : à partir du millésime 2021, ils devront écrire si le vin est sec, demi-sec, moelleux ou doux.
  • « C’est une volonté de la profession pour aider l’acheteur. On pense que ça ne peut être qu’un atout », explique Gilles Erhart, le président l’Association des viticulteurs (AVA),

Ce Riesling est-il plutôt sec ou demi-sec ? Et ce Pinot gris, moelleux ou doux ? Ces questions-là, les amateurs de vins d’Alsace se les posent souvent. Logique, la région est l’une des rares en France à proposer, parfois avec le même cépage, autant de variétés dans ses productions.

« Ici, on a la particularité de pouvoir tout faire, aussi bien de très grands vins secs que de très grands  vins ​doux », confirme Gilles Erhart. Le président de l’Association des viticulteurs  d'Alsace (AVA), avec ses adhérents, se sont donc mis d’accord sur un sujet qui les divisait depuis quelques années. A partir du millésime 2021, chacun devra désormais indiquer la teneur en sucre de sa production. Sur les étiquettes, mais aussi « annonces, prospectus, factures et récipients », dixit l’arrêté du 28 mai dernier. Et sauf pour les « Vendanges Tardives » et « Sélection de Grains nobles ».

Attention, il ne sera pas obligatoire d’écrire le grammage précis. Mais les quatre termes définis par la réglementation européenne. A savoir sec pour les vins dont la teneur en sucre ne dépasse par 4 grammes par litre ; demi-sec pour ceux entre 4 et 12 g/l ; moelleux entre 12 et 45 g/l ; et enfin doux pour ceux avec plus de 45 grammes de sucre par litre.

« C’est une volonté de la profession pour aider l’acheteur. On pense que ça ne peut être qu’un atout », reprend Gilles Erhart en précisant que certaines maisons avaient anticipé la nouveauté. Comme chez Edmond Rentz. Sur les étiquettes du domaine situé à Zellenberg, dans le Haut-Rhin, figurent déjà une échelle avec les quatre fameux termes.

« Cela aide vraiment quand les gens sont perdus »

« Quand les clients viennent déguster chez nous, ils voient la différence donc ça sert moins. Mais quand ils achètent nos bouteilles ailleurs et ne goûte pas toujours, ça les aide », justifie Catherine Rentz. « Un Pinot Gris peut être assez sec ou avoir plus de sucre… L’échelle aide vraiment quand les gens sont perdus devant une étagère. »

Un argumentaire que reprend Valérie Keller, de la boutique « Entre Deux Verres » dans le quartier de Neudorf à Strasbourg. « Je pense vraiment que c’est une info importante supplémentaire pour les clients en supermarché. Aujourd’hui, il y a de plus d’assemblages [de cépages] ou de  vins de macération, ce n’est pas simple de s’y retrouver », explique la caviste. « Pour ceux qui viennent chez nous, ce sera un peu différent car environ 70 % s’y connaissent déjà. Mais ça devrait quand même un peu les aider, et nous aussi ! »

Mais suffisamment pour ne pas se tromper ? Ce n’est pas l’avis de Vanessa Kleiber, de la coopérative Bestheim. « Le vocabulaire choisi ne me semble pas très intuitif pour guider l’achat. La différence entre "sec" et "demi-sec", "moelleux" et "doux" n’est pas évidente pour tout le monde », avait expliqué la directrice marketing et communication au site vitisphere.com. Son employeur a donc décidé d’ajouter, depuis 2020, une échelle de sucrosité : 3/6 pour ce Gewurztraminer, 5/6 pour un autre…

Cette note est mentionnée en dessous de la spécificité du terroir, du mode d’élevage, du temps de garde conseillé, et au-dessus de la température de service ou encore des accords mets-vin recommandés. Avec tout ça, plus question de se tromper !