À la fac, la grève reprend son cours

Ludovic Meignin

— 

La contestation reprend à l'Université de Strasbourg (UDS). Lors d'une assemblée générale, qui a réuni lundi plus d'un millier d'étudiants sur le parvis de la fac de droit, le blocage de plusieurs bâtiments du campus de l'Esplanade, dont le Patio, a été voté. Environ 200 étudiants ont également occupé la présidence de l'UDS, hier vers 16 h. Ils ont perturbé une réunion à laquelle participaient les directeurs d'unités de formation (UFR) qui venaient de voter la fin du blocage.

Une assemblée générale improvisée a décidé sur place de débloquer les locaux de la présidence et d'y réinstaller le mobilier qui en avait été sorti. Les grévistes sont ensuite retournés au Patio. Ils réclament l'abrogation de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités et la mise en place d'un « semestre plancher » permettant aux étudiants d'obtenir la moyenne aux examens, sauf s'ils rendent une copie blanche. Le président de l'UDS, Alain Beretz, est opposé à ce système de notation, mais précise que les étudiants seront évalués uniquement sur les cours qui auront pu être dispensés. « La présidence essaie de mettre la pression pour affaiblir le mouvement, mais il ne cesse de se massifier », a réagi un étudiant gréviste. Une nouvelle manifestation est prévue aujourd'hui à 15 h 30, place Kléber. ■