Strasbourg : Répartition des chalets, dispositif sanitaire, sécurité… Au marché de Noël, on savoure une organisation aux petits oignons

HARMONIE Les patrons des forains et des artisans ne tarissent pas d’éloges sur la nouvelle organisation, loin de certaines querelles passées

Luc Sorgius
— 
Le marché de Noël de Strasbourg entre dans une nouvelle ère, loin des querelles passées.
Le marché de Noël de Strasbourg entre dans une nouvelle ère, loin des querelles passées. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • Un an après avoir été annulé à cause du Covid, le marché de Noël de Strasbourg sera de retour ce vendredi.
  • Dans un contexte très particulier, artisans, forains et municipalité ont mis les anciennes querelles de côté pour optimiser l’organisation de cette édition 2021.
  • Bilan : un concert de louanges de tous les acteurs, très satisfaits de la manière dont s’est déroulée la préparation de l’événement.

Est-ce que ce ne serait pas cela, l’esprit de Noël ? A Strasbourg, alors que le « Christkindelsmärik », ou « marché de l’enfant Jésus » est de retour, un an après son annulation à cause du Covid, il flotte dans les rues comme le parfum d’une nouvelle ère. Plus apaisée.

Dans un temps pas si lointain, il y en avait toujours pour critiquer les effluves de baguettes flambées jugées trop prégnantes. Sous-entendant par là qu’il y aurait trop de stands de nourriture. De l’histoire ancienne pour Michel Wagner, responsable du Syndicat professionnel des exposants du Christkindelsmärik de Strasbourg (Specs) : « A l’époque, des choix ont été faits, ils ont pu être discutés, mais pour moi c’est obsolète. »

76 chalets alimentaires sur 300

Le marqueteur, présent au marché de Noël depuis 1998, est formel : « On sort tous d’une année de m…. où l’on n’a rien vendu ou presque. Vous n’imaginez pas le plaisir de retrouver le marché de Noël ! Maintenant, on avance, et on avance avec plaisir ! »

Fini, donc, la supposée prédominance de la restauration au détriment de l’artisanat ? Encore faut-il qu’elle ait existé. « Il y a 76 chalets alimentaires sur les 300 répartis sur les 13 places consacrées au marché de Noël. Il y a un enjeu de la cohérence des offres », indique pour sa part Guillaume Libsig, adjoint en charge de « Strasbourg Capitale de Noël ».

Changement de philosophie

L’élu reconnaît toutefois un changement de philosophie, guidée par la municipalité verte en place depuis 2020 : « Jusqu’à présent, Strasbourg Capitale de Noël était pensée plutôt en fonction des usagers. Nous souhaitons sortir un peu de ça et travailler sur le règlement et le renouvellement des exposants. »

Daniel Pourrier, président national du syndicat autonome des forains de France et membre de la commission du marché de Noël de Strasbourg, abonde :

Concernant les nouveaux arrivants, aucun stand de nourriture n’a été retenu par la ville. Il y a un gros travail fait en amont pour veiller à cela. »

Fait assez rare pour être souligné : les patrons des forains et des artisans ne tarissent pas d’éloges sur tous les pans de la nouvelle organisation. « Avec la nouvelle équipe municipale, il y a un boulot monstre qui a été fait, se réjouit Daniel Pourrier. Dans le dialogue démocratique notamment, c’est exemplaire. »

Même avis du côté de Michel Wagner : « La nouvelle mouture du marché de Noël est prometteuse. Et du côté de l’organisation, ça n’a jamais été aussi transparent et aussi clair ! De ce côté-là, on a vraiment évolué. Ce sont des points hyper-positifs. »

« Il faudra voir à l’usage, mais moi j’y crois ! »

Il reste désormais à séduire des visiteurs espérés nombreux, malgré un contexte sanitaire à nouveau en tension. Le responsable du Specs se veut optimiste : « Le marché revêt une nouvelle forme. Il faudra voir à l’usage, mais moi j’y crois ! »

Daniel Pourrier parle, lui, d’un « bouleversement du marché de Noël » : « L’an dernier, on se sentait abandonnés de partout, surtout par l’Etat. Là, devant la stratégie annoncée par la ville, on n’y croyait pas trop au démarrage. Au final, le travail a été fructueux. Je vais peut-être passer pour un lèche-c.. mais ça s’approche de la perfection. » Une certitude : en termes de compliments, c’est déjà Noël pour la municipalité.